À Montréal, le développement des rues piétonnes fait le bonheur des cyclistes

À Montréal, le développement des rues piétonnes fait le bonheur des cyclistes
Ph. Getty

Montréal est depuis le début du XXIe siècle un exemple en termes de développement du vélo en ville, avec désormais un réseau cyclable de plus de 800 km et des milliers de bicyclettes disponibles un peu partout en libre-service. Au fil des ans, des parcours sécurisés ont été mis en place, des communautés se sont formées et de nombreuses initiatives ont incité les Montréalais, petits et grands, à enfourcher leur vélo plutôt que prendre leur voiture, surtout pour des trajets intramuros.

Une idée liée au coronavirus

L’idée de rendre certains axes entièrement piétons a germé en 2020 avec la crise liée à la pandémie de Covid-19. Cet été, ce sont 13 grandes rues qui ont ainsi été réservées aux piétons et aux cyclistes, les voitures n’étant autorisées ni à y circuler ni à y stationner. Ces rues ont par ailleurs bénéficié de tout un tas d’aménagements pour devenir de véritables espaces de vie, agréables à fréquenter et sécurisés. Cela passe par l’extension des trottoirs et des terrasses, la mise en place de bancs supplémentaires ou encore d’aires de jeux pour les enfants. À cela s’ajoute la mise en avant d’arts de la rue, avec des fresques peintes sur le sol et des œuvres flambant neuves le long de ces artères.

Beaucoup de ces rues sont le reste du temps piétonnes le jour uniquement, mais elles pourraient vite le devenir 24h/24. C’est par exemple le cas d’un tronçon de plus de 2 km de l’avenue Mont-Royal, une célèbre artère commerçante de la ville.

En Europe de nombreuses villes comme Barcelone en Espagne ou Bristol en Angleterre adoptent la même politique. À Paris, la circulation réduite en centre-ville sera quant à elle mise en place au second semestre 2022 et concernera tout l’hypercentre de la capitale, qui sera alors interdit à la plupart des voitures.