Meta va ouvrir des magasins physiques pour faire expérimenter aux clients le métaverse

Meta va ouvrir des magasins physiques pour faire expérimenter aux clients le métaverse
Ph. ETX Daily Up

Avant de plonger complètement dans l’univers numérique de Meta, il faudra passer par des boutiques physiques ! D’après des informations du New York Times, c’est bien dans des magasins que l’on pourra expérimenter en premier le métaverse de Meta (ex-Facebook). Des documents internes ont détaillé un plan pour ouvrir une série de points de vente au détail. Les boutiques présenteront les derniers produits de l’entreprise fabriqués par la division « Reality Labs » de la société. Elle fabrique en ce moment notamment les casques de réalité virtuelle comme l’Oculus Quest et, bientôt, les futurs produits. Après les premières expérimentations, ces boutiques deviendront des centres spéciaux Métaverse partout dans le monde. Les magasins pourraient porter le nom de Facebook Hub, From Facebook ou encore Facebook Innovations, même si le rebranding en Meta devrait changer la donne.

Les documents consultés par le New York Times indiquent que les points de vente devront respecter plusieurs caractéristiques. Ils viseront à rendre le monde plus ouvert et plus connecté, tout en délivrant une esthétique de curiosité et de proximité. Pour Meta, l’objectif est d’accueillir le client de la meilleure façon pour lui délivrer un « voyage sans jugement ». On pourrait imaginer ces magasins ressembler à ceux d’Apple, conçus comme une expérience à part entière. Les magasins seront « modernes, avec une esthétique plate et minimaliste », d’après les documents internes. Le premier magasin de la firme serait prévu à Burlingame, en Californie même si pour l’instant aucune information n’a fuité du côté de Meta.

De multiples challenges

Pour Meta et son PDG Marc Zuckerberg, le métaverse est l’avenir de l’entreprise. Il s’agira d’un univers numérique autour de la réalité virtuelle et augmentée où l’internet mondial pourra se retrouver. La science-fiction avant l’heure. Pour autant, l’entreprise estime que ce projet se réalisera dans 5 à 10 ans. S’il faut tout d’abord créer cet univers complexe, c’est aussi les produits de réalité augmentée et de réalité virtuelle qui posent problème. Pas encore complètement au point techniquement, ils ne sont disponibles qu’à des prix onéreux.

Dernier challenge pour la marque, la fidélisation des clients risque de prendre du temps. L’environnement numérique ne va pas forcément plaire à tout le monde et les dernières fuites d’informations du côté de Facebook pourraient bien faire fuir certains consommateurs.