McDonald’s France accusé d’avoir fait appel illégalement à des enfants influenceurs

McDonald’s France accusé d’avoir fait appel illégalement à des enfants influenceurs
AFP / S. Al-Doumy

L’UFC-Que Choisir relève le cas de jeunes influenceurs qui mettent en avant les produits McDonald’s sur les réseaux sociaux, en citant directement la chaîne de restaurants, sans mentionner l’existence d’un partenariat commercial, dans sa plainte déposée lundi.

« Or, dissimuler la nature publicitaire d’un message, laissant ainsi croire, à la communauté d’un influenceur, à un conseil désintéressé, est une pratique commerciale trompeuse sanctionnable », rappelle l’association dans un communiqué publié mercredi.

McDonald’s se défend

Pour McDonald’s, il s’agit d’une « plainte abusive, à destination médiatique, qui ne reflète absolument pas la nature de [ses] pratiques », a-t-il déclaré dans une réaction. Le groupe a indiqué qu’il réfléchissait à déposer une plainte « pour poursuite abusive ».

Une affaire similaire a valu à l’influenceuse et star de la télé-réalité Nabilla Benattia-Vergara une amende de 20.000 euros pour avoir fait la promotion de services boursiers sur Snapchat, sans mentionner qu’elle était rémunérée pour cela.

« Manque de transparence »

« La perfidie d’un tel manque de transparence s’accroît si la communauté ciblée est composée d’enfants, moins armés que les adultes face à des messages publicitaires cachés », estime l’UFC-Que Choisir.

En avril dernier, McDonald’s avait déjà assuré à l’association « ne jamais réaliser aucun partenariat avec des mineurs âgés de 17 ans ou moins, ou [avec] des parents mettant exclusivement en avant leurs enfants sur leur chaîne ».

Le groupe dit avoir également « proposé à plusieurs reprises des échanges pour répondre à toutes les questions de l’association de consommateurs », sans succès.