Les smartphones 5G émettent des ondes comparables aux autres

Les smartphones 5G émettent des ondes comparables aux autres
Ph. Getty

Le DAS est une mesure indiquant la puissance d’un flux d’énergie véhiculée par les ondes radiofréquences et absorbée par l’usager d’un appareil radioélectrique, lorsque cet appareil fonctionne à pleine puissance. Plus cette valeur est élevée et plus les risques pour la santé sont importants.

L’ANFR a réalisé un bilan portant sur 46 modèles de smartphones actuellement en vente en France, dont 13 compatibles 5G. Il en ressort que tous ces derniers modèles sont conformes à la réglementation, c’est-à-dire inférieur à 2 W/Kg pour le DAS tronc (quand le smartphone est porté près du tronc, par exemple dans une poche de veste ou dans un sac) et à 4 W/Kg pour le DAS membre (téléphone tenu à la main, porté dans un brassard ou dans une poche de pantalon).

La valeur moyenne des « DAS tronc » mesurés est ainsi de 0,979 W/kg, les niveaux variant de 0,439 à 1,80 W/kg. Celle des « DAS membre » est de 2,263 W/kg, les résultats allant de 1,3 à 3,89 W/kg. Ces contrôles montrent en outre que la contribution supplémentaire de la 5G est très basse (moins de 2 %) et n’apparaît que lorsque les antennes 4G et 5G dans le téléphone sont co-localisées.

Mise à jour de conformité

De tous les téléphones testés, seuls les modèles Essentiel B HeYou 40 et 60, distribués par Boulanger, dépassent à l’origine les normes autorisées et sont donc jugés non conformes. Cependant, une simple mise à jour de ces appareils permet de retrouver un niveau correct. Les possesseurs de ces smartphones sont donc invités à la réaliser le plus vite possible.

Pour rappel, l’ANFR gère le dispositif national de surveillance et de mesure des ondes électromagnétiques qui permet à toute personne de solliciter gratuitement une mesure dans un lieu d’habitation ou un lieu accessible au public. Tout un chacun peut également s’informer de manière ludique sur l’exposition aux ondes générée par les principaux objets du quotidien sur le site de « la maison ANFR ».