Les masques nous rendraient plus attirants, selon une nouvelle étude

Les masques nous rendraient plus attirants, selon une nouvelle étude
Ph. Unsplash

On ne le quitte plus depuis deux ans, on peste généralement lorsqu’on doit le porter… Pourtant, à en croire une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Cardiff, le masque nous rendrait plus attirant. Une découverte étonnante et valable peu importe le sexe, rapporte The Guardian. Encore plus étonnant, ce seraient les personnes qui portent un masque chirurgical qui seraient qualifiées de plus « attirantes ».

À en croire Michael Lewis, le docteur en charge de cette étude, cette attractivité liée au masque est nouvelle. Avant, les personnes masquées étaient considérées comme moins attirantes car elles étaient liées à la maladie. Ce qui n’est plus le cas maintenant que le masque est devenu omniprésent dans nos vies. « Notre étude suggère que les visages sont considérés comme plus attirants lorsqu’ils sont recouverts de masques chirurgicaux. C’est peut-être parce que nous sommes habitués à ce que le personnel soignant porte ces masques bleus et que nous les associons désormais à des personnes exerçant des professions médicales ou de soins. Durant cette époque où l’on se sent vulnérable, on peut avoir un sentiment plus positif envers les personnes qui portent un masque chirurgical », explique-t-il. Une autre théorie avancée par le Dr Lewis est que le masque rend plus attirant car il nous oblige à regarder notre partenaire dans les yeux.

Noter l’attractivité des hommes

Pour arriver à cette conclusion, 43 femmes ont été interrogées. Il leur a été demandé de noter de un à dix l’attractivité de différents visages d’hommes. Certains n’étaient pas masqués alors que d’autres portaient différents types de masques. « La pandémie a changé la manière dont nous percevons les masques. Lorsque nous voyons une personne avec un masque, nous ne pensons plus qu’elle est malade et que nous devons l’éviter ».

Une seconde étude a été réalisée sur des hommes devant juger des femmes masquées. Si elle n’a pas encore été publiée, Michael Lewis assure que ses résultats sont similaires. À noter que pour les deux études, les participants n’ont pas dû préciser leur orientation sexuelle.