Les forces russes accusées d’avoir tiré au char sur une maison, tuant plusieurs civils

Les forces russes accusées d’avoir tiré au char sur une maison, tuant plusieurs civils
AFP / S. Bobok

Selon le Parquet de cette région frontalière de la Russie, les faits se sont déroulés le 27 mars dans le village de Stepanki, alors occupé par les forces de Moscou et depuis revenu sous contrôle de Kiev. « Les militaires (russes) ont bombardé une maison d’habitation avec un char. Deux hommes et une femme ont été tués », a-t-il indiqué dans un communiqué, précisant que leurs corps, enterrés par les voisins dans la cour de leur maison, ont été exhumés mercredi.

La police a elle évoqué quatre morts, dont trois ont été exhumés mercredi. Elle a publié des photographies d’une maison carbonisée et de tombes surmontées de simples croix faites avec des branches de bois. Selon des témoins interrogés pas l’AFP, les six personnes qui vivaient dans la maison buvaient du thé dans la cour lorsqu’un char russe s’est approché. « Ils se sont mis à rentrer dans la maison pour se cacher. Il a tiré dans la porte juste après. Quatre personnes sont mortes, deux ont été blessées », a raconté en pleurs Olga Karpenko, 52 ans, dont la fille est l’une des victimes, tuée par un éclat d’obus.

Denys, 40 ans, explique de son côté avoir vu le canon du tank se tourner vers eux. « Quelqu’un a dit : +on va se cacher dans la maison+ », témoigne-t-il. « Je suis entré en dernier et dès que je suis entré, le tank a tiré. Tout s’est effondré, je ne voyais rien. Je suis sorti dès que je pouvais et j’ai couru derrière la maison », poursuit Denys. Une enquête a été ouverte pour « violation des lois et coutumes de la guerre » et « meurtre prémédité », selon le Parquet ukrainien.

Depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février, les troupes de Moscou ont été accusées par l’Ukraine de multiples exactions et crimes de guerre dans les territoires qu’elles ont occupés, notamment dans la région de Kiev d’où elles se sont retirées fin mars.

Jeudi, la chaîne américaine CNN a publié ce qu’elle a présenté comme des images de vidéosurveillance montrant deux civils ukrainiens abattus dans le dos par des soldats russes, près d’un concessionnaire automobile le 17 mars, dans la banlieue de Kiev.