Les écrans de smartphone de demain seront-ils autoréparables ?

Les écrans de smartphone de demain seront-ils autoréparables ?
Ph. Getty

L'équipe de chercheurs de l'Université Concordia, à Montréal au Canada, menée par la doctorante Twinkal Patel, a mis au point des réseaux de polymères autoréparables qui produisent d'ores et déjà de bons résultats à température ambiante, ce qui représente un vrai défi.

Si elle aboutit, cette nouvelle technologie permettrait non seulement de rendre service aux utilisateurs de téléphones portables et de leur faire faire des économies, mais aussi de prolonger sensiblement la durée de vie des appareils et d'économiser de la matière première, en produisant moins d'écrans de rechange.

De quoi améliorer aussi les batteries

A noter que ces polymères d'un nouveau genre pourraient également servir à améliorer à terme la durée de vie des batteries des téléphones portables. Ils peuvent en effet stocker de l'énergie et la convertir en électricité lorsqu'un mouvement répété lui est appliqué. Dans l'absolu, cela pourrait permettre à une batterie de se recharger automatiquement simplement en marchant.

Il faut noter que les recherches en matière de polymères autoréparables ont déjà abouti à une première application directe ... chez BMW. Le constructeur allemand a ainsi recouvert la calandre de son nouveau SUV BMW iX électrique d'un revêtement en polyuréthane qui peut automatiquement effacer de légères rayures, dans les 24 heures à température ambiante ou en moins de 5 minutes sous l'effet de l'air chaud (un sèche-cheveux par exemple).