Les Danois votent massivement pour rejoindre la défense européenne

Les Danois votent massivement pour rejoindre la défense européenne
AFP / R. Scanpix

La victoire du «oui» à ce referendum danois intervient dans la foulée des demandes finlandaise et suédoise d’adhésion à l’Otan, la guerre en Ukraine incitant plusieurs pays européens à modifier leur politique de défense.

«Ce soir, le Danemark a envoyé un signal important. A nos alliés en Europe et l’Otan, et au (Président Vladimir) Poutine. Nous montrons que, quand Poutine envahit un pays libre et menace la stabilité en Europe, nous autres nous nous rassemblons», a déclaré la Première ministre Mette Frederiksen à ses partisans. «Il y a eu une Europe avant le 24 février, avant l’invasion russe et il y a une Europe après», a-t-elle ajouté.

Appel au rassemblement

L’opposition n’était pas en reste. Le dirigeant du parti d’opposition conservateur Soren Pape avait lancé lors d’un rassemblement au parlement après la publication des premiers sondages sortie des urnes : «Tout tend à dire qu’après trente ans, les Danois ont décidé aujourd’hui que nous devons abolir notre +opt-out+ sur la défense et que nous devons travailler plus étroitement avec l’Europe».

Les chefs de l’Union européenne Ursula von der Leyen et Charles Michel ont salué le vote «historique» du Danemark. «Je salue le message fort d’engagement envers notre sécurité commune envoyé par le peuple danois», a tweeté la présidente de la Commission européenne, «convaincue que le Danemark et l’UE tireront profit de cette décision». «Le peuple du Danemark a fait un choix historique», s’est félicité le président du Conseil européen.

Etat membre de l’UE depuis 1973, le Danemark avait tiré le premier coup de canon de l’euroscepticisme en rejetant à 50,7% en 1992 le traité de Maastricht, du jamais vu à l’époque.

Pour lever le blocage - qui menaçait l’entrée en vigueur du traité fondateur dans toute l’Union européenne -, Copenhague avait obtenu une série d’exceptions, baptisées «opt outs» (options de retrait) dans le jargon européen, et le pays avait finalement dit oui lors d’un nouveau scrutin l’année suivante.

Depuis, le Danemark est resté hors de l’euro - rejeté par un référendum en 2000 - mais aussi de la politique européenne en matière d’affaires intérieures et de justice - à nouveau rejetée par référendum en 2015 - ainsi que de défense. En vertu de cette dernière exception, le pays scandinave - membre fondateur de l’Otan - n’a ainsi pu participer à aucune mission militaire de l’UE.

Jadis marginale, la politique de défense des 27 a pris de l’ampleur ces dernières années, même si des idées d’armée européenne font encore figure de repoussoir pour de nombreuses capitales.

Otan et UE

Deux semaines après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la Première ministre danoise avait annoncé un accord avec la plupart des partis du Parlement pour soumettre la fin de l’exception à un référendum, ainsi que d’importants investissements militaires pour franchir la barre des 2% du PIB consacrés au budget de la Défense souhaités par l’Otan.

Onze partis sur 14 ont appelé à voter oui, représentant plus des trois quarts des sièges au Parlement.

Les deux formations d’extrême droite eurosceptique du parti du Peuple danois (DF) et des Nouveaux conservateurs, ainsi que la formation de gauche radicale de la Liste de l’Unité, ont milité pour le non.

Avec la candidature historique de la Suède et de la Finlande à l’Otan et le référendum danois, les trois pays nordiques pourraient prochainement cumuler politique européenne de défense et participation à l’Otan.

Territoires autonomes du Danemark, ni le Groenland - qui est déjà hors de l’UE - ni les îles Féroé ne sont concernés par le scrutin.