Les combats sont intenses à Severodonetsk mais la «défense est héroïque», assure Zelensky

Les combats sont intenses à Severodonetsk mais la «défense est héroïque», assure Zelensky
AFP / S. Supinsky

Les Russes affirment avoir « totalement libéré » les zones résidentielles de cette ville stratégique pour le contrôle de l’intégralité du bassin houiller du Donbass, dans l’est de l’Ukraine. « La prise de contrôle de sa zone industrielle et des localités voisines se poursuit », a assuré mardi dans un rare briefing télévisé le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

Un état des lieux contesté par Kiev. « Ils ne contrôlent pas la ville », a répondu quelques heures plus tard dans un message vidéo sur Telegram Serguiï Gaïdaï, le gouverneur de la région de Lougansk, qui, avec celle de Donetsk, forme le Donbass.

Il a toutefois reconnu qu’« il est très difficile de tenir Severodonetsk », parlant même de « mission impossible ».

« Toutes les forces, toutes les réserves ont été mobilisées par l’ennemi, l’armée russe, pour couper la grande route Lyssytchansk-Bakhmout afin de prendre Severodonetsk. Ils bombardent très violemment Lyssytchansk », a déclaré le gouverneur.

«Plus de 30.000 soldats russes sont morts»

Les villes de Severodonetsk et Lyssytchansk, séparées par une rivière, constituent la dernière agglomération encore sous contrôle ukrainien dans la région de Lougansk. Leur prise ouvrirait aux Russes la route de Kramatorsk, grande ville de la région de Donetsk.

De son côté, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a assuré dans son adresse vidéo quotidienne mardi soir que « la situation sur le front n’a pas changé significativement ces 24 dernières heures » et que « la défense absolument héroïque du Donbass se poursuit ».

Kiev se prévaut déjà d’avoir infligé un lourd bilan à son envahisseur. « Plus de 31.000 soldats russes sont morts en Ukraine », a affirmé M. Zelensky mardi soir. « Depuis le 24 février, la Russie paie pour cette guerre complètement insensée près de 300 vies de ses soldats chaque jour. Mais il y aura un jour où, même pour la Russie, le nombre de pertes deviendra inacceptable ».

Aucun bilan n’est vérifiable. Toutefois, la mort d’un général russe, Roman Koutouzov, a été confirmée mardi par le chef des séparatistes prorusses Denis Pouchiline. Plusieurs généraux russes ont perdu la vie depuis février, mais Moscou communique rarement sur ses pertes.

Crise alimentaire

Les deux belligérants s’accusent mutuellement de détruire les ressources céréalières et d’aggraver ainsi la crise alimentaire mondiale.

« Ceux qui prétendent s’inquiéter de la crise alimentaire mondiale frappent en fait les champs et les infrastructures agricoles, où les incendies se déclarent à une échelle impressionnante », a dénoncé mardi soir le Commandement opérationnel ukrainien pour le front sud, évoquant notamment des frappes autour de Mykolaïev (sud).

Dans le même temps, le ministère russe de la Défense a assuré que les forces ukrainiennes « ont incendié à dessein un important dépôt de céréales » dans le port de Marioupol.

« Plus de 50.000 tonnes de céréales ont ainsi été détruites », a assuré le général Mikhaïl Mizintsev, accusant le régime de Kiev de « terrorisme alimentaire à l’égard de son propre peuple ».