Les avions belges pourraient se poser à Kaboul vendredi en vue des opérations d’évacuation

Les avions belges pourraient se poser à Kaboul vendredi en vue des opérations d’évacuation
AFP / J. Tallis

Seuls les deux C130 feront ensuite le déplacement vers Kaboul. Ils peuvent transporter de 50 à 70 personnes. La Défense a demandé des créneaux horaires permettant aux deux engins de se poser dès vendredi matin dans la capitale afghane. La durée de l’opération et le nombre de rotations nécessaires pour évacuer les personnes prises en charge par la Belgique ne sont pas encore connus.

Le détachement complet se compose d’une centaine de personnes, ont indiqué les ministres de la Défense et des Affaires étrangères, Ludivine Dedonder et Sophie Wilmès, ainsi que le secrétaire d’État à l’Asile, Sammy Mahdi, dans un communiqué. À bonne source, l’on a évoqué un détachement de techniciens de 16 personnes de même qu’une soixantaine de personnes en charge de la liaison et de la sécurité, a-t-on précisé à bonne source.

Plusieurs équipes mobilisées

Un Falcon 7-X s’est déjà envolé mardi de Melsbroek en direction d’Islamabad. Il emportait avec lui une équipe de préparation et une équipe consulaire.

L’équipe consulaire travaillera depuis l’aéroport de Kaboul et assurera la liaison avec l’ambassade d’Islamabad, compétente pour l’Afghanistan, et avec les autorités de l’aéroport. Elle accueillera également les passagers. L’équipe militaire de préparation prendra les contacts nécessaires avec les autorités locales pour assurer les rotations entre Islamabad et Kaboul.

Le SPF Affaires étrangères et le Secrétaire d’État à l’Asile et la Migration sont à pied d’œuvre afin d’identifier les personnes pouvant être rapatriées en Belgique. La Défense, de son côté, assurera la bonne exécution de l’évacuation et la sécurité des personnes, précise le communiqué des trois ministres.