Les 27 pays européens donnent à l’Ukraine et à la Moldavie le statut de candidats

Les 27 pays européens donnent à l’Ukraine et à la Moldavie le statut de candidats
A. Witicki

Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a annoncé la nouvelle, attendue, sur Twitter. Dans les minutes qui ont suivi, le président du Conseil européen Charles Michel l’a confirmée. Le Conseil européen «vient de décider du statut de candidat pour l’Ukraine et la Moldavie», a-t-il tweeté à 20h20 jeudi soir. Il s’agit d’un «moment historique», ajoute le Belge. Ce jour «marque une étape cruciale de votre chemin vers l’UE», adresse-t-il à l’Ukraine et à la Moldavie, concluant d’un «notre avenir est ensemble».

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a réagi sans attendre, saluant «sincèrement la décision des leaders de l’UE». «C’est un moment unique et historique, dans les relations entre l’Ukraine et l’UE», ajoute-t-il, remerciant Charles Michel, Ursula von der Leyen et les dirigeants européens pour leur soutien. «Le futur de l’Ukraine est dans l’UE», a-t-il écrit sur Twitter.

Volodymyr Zelensky a dans la foulée eu un bref entretien par vidéoconférence avec les Vingt-sept. Ce sera le cas aussi dans le courant de la soirée pour la présidente moldave Maia Sandu et la présidente géorgienne Salome Zourabichvili.

«Un jour historique pour la Moldavie!», s’est réjouie Mme Sandu sur Twitter. La décision d’octroyer le statut de pays candidat à l’UE est un «signal fort et non-équivoque de soutien à nos citoyens et au futur européen» du pays, ajoute-t-elle, assurant de son engagement à «avancer sur le chemin des réformes».

La Géorgie doit encore travailler

La Géorgie, qui avait officiellement demandé l’adhésion le même jour que la Moldavie, aura elle aussi le statut de candidate quand certaines priorités auront été réglées, précise Charles Michel. Le Conseil européen «reconnait la perspective européenne» de ce pays du Caucase. La présidente Salome Zourabichvili a salué cette reconnaissance. «Nous sommes prêts à travailler avec déterminations ces prochains mois pour décrocher le statut de candidat», a-t-elle tweeté.

Là aussi, les leaders des 27 suivent donc la recommandation de la Commission européenne, qui avait été chargée d’évaluer les dossiers des trois pays. L’exécutif européen avait rendu son avis vendredi dernier. «Aujourd’hui est un bon jour pour l’Europe», a commenté la présidente de la Commission Ursula von der Leyen. «Vos pays font partie de notre famille européenne», ajoute-t-elle à l’adresse des dirigeants ukrainien, moldave et géorgien. Un état de fait «confirmé» par la décision «historique» du jour, estime-t-elle.

La volonté d’un avenir européen pour Kiev, Chisinau et Tbilissi avait été accélérée brusquement par l’invasion russe de l’Ukraine à partir du 24 février dernier. L’Ukraine avait officiellement transmis sa demande d’adhésion le 28 février. Moldavie et Géorgie avaient suivi quelques jours plus tard, le 3 mars.

Les avancées de ce jeudi marquent une étape sur un chemin qui pourrait être long. «Tous les pays devront faire du travail pour y parvenir, non seulement parce que ce sont des exigences de l’UE sur le chemin de l’adhésion, mais aussi parce que (les réformes exigées) sont bonnes pour les citoyens» de ces pays, a souligné Mme Von der Leyen.