Le tourisme espagnol «stoppé net»

Le tourisme espagnol «stoppé net»
AFP / J. Reina

Les professionnels espagnols du tourisme se sont inquiétés mercredi d’un « coup de frein » sur les réservations après les mises en garde de la France et de l’Allemagne sur les voyages en Espagne, confrontée à une nouvelle flambée de cas de Covid-19.

« Nous constations clairement des signes de reprise très prometteurs et des éclaircies chaque fois plus encourageantes à l’horizon », a déclaré José Luis Zoreda, le vice-président exécutif de l’organisation patronale Exceltur, lors d’une conférence de presse.

Mais « la réalité a été stoppée net par la répercussion négative au niveau international de la reprise des contaminations », a-t-il ajouté, évoquant « un coup de frein soudain sur les réservations – pas encore d’annulations – sur les marchés étrangers ».

Une situation difficile pour le secteur du tourisme

Après une année 2020 catastrophique pour la deuxième destination touristique mondiale, la situation reste difficile pour le secteur du tourisme, qui a enregistré au deuxième trimestre un chiffre d’affaires inférieur de 69 % à ce qu’il était à la même période en 2019, avant la pandémie.

« Plus que tout, nous devons essayer d’améliorer la communication sur la réalité sanitaire, qui pourrait souligner – sans que cela signifie que nous devions arrêter de faire attention – que le niveau d’inquiétude, les niveaux d’hospitalisations, d’occupation des lits en soins intensifs, ne sont en rien comparables à ceux de l’année passée », a plaidé M. Zoreda.

L’Espagne est confrontée depuis quelques semaines à une nouvelle vague d’infections au Covid-19, avec une explosion du taux d’incidence à 436 cas pour 100.000 habitants sur les 14 derniers jours, selon les chiffres officiels publiés mardi.

Des restrictions sanitaires réinstaurées

Plusieurs régions ont remis en place des restrictions sanitaires, allant jusqu’à réimposer des couvre-feux ou fermer certains lieux (bars, discothèques…).

Le mal est fait

Face à cette reprise de l’épidémie, l’Allemagne, qui avait déjà classé la péninsule « zone à risque », y a ajouté les Baléares et les îles Canaries, tandis que le secrétaire d’État français aux Affaires européennes, Clément Beaune, a fortement déconseillé la semaine dernière aux Français de venir passer leurs vacances en Espagne.

Son message a ensuite été tempéré par le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui a simplement appelé les Français à se faire vacciner avant de traverser les Pyrénées. Mais pour l’Espagne, le mal est fait.

Exceltur a insisté sur la nécessité pour l’Espagne de négocier sur le plan diplomatique le respect du cadre du pass sanitaire européen.

Une quarantaine au retour d’Espagne

De larges parties du pays ont également été classées « rouge » par la Belgique, ce qui signifie qu’une quarantaine et des dépistages doivent être observés au retour d’Espagne.