Le terrible message de désespoir de ce vétérinaire obligé d’euthanasier cinq chiens: «C’étaient des chiens parfaits»

Le terrible message de désespoir de ce vétérinaire obligé d’euthanasier cinq chiens: «C’étaient des chiens parfaits»
Ph. Unsplash

Dans un témoignage émouvant, un vétérinaire dénonce la surpopulation des animaux domestiques. En seulement une journée, il doit euthanasier cinq chiens « en parfaite santé ». « Les chiens que j’ai euthanasiés aujourd’hui n’étaient pas malades, ils n’étaient pas blessés, ils n’étaient pas vieux et ils n’étaient en aucun cas en mauvaise santé. » Ces mots sont ceux d’un vétérinaire anglais anonyme, cité par The Mirror.

Des chiens en bonne santé

Pour ce vétérinaire, le phénomène n’est pas nouveau. Il dit même planifier ce post dans sa tête depuis trois ans mais qu’il n’avait « jamais eu le courage de le poster ». Il explique qu’il existe une « crise de surpopulation des animaux domestiques ». Les refuges ne savent pas accueillir tous les chiens et chats et n’ont pas d’autre choix que d’euthanasier les animaux quand ils manquent de place. C’est ce qui s’est passé pour les cinq chiens ce jour-là. « Ils n’étaient pas indomptés et n’étaient pas agressifs. C’étaient des chiens parfaits, sains et normaux », déplore le vétérinaire. « Ils ont été abandonnés par les humains. »

Le vétérinaire, déchiré, raconte les derniers instants passés avec les chiens, indique Sudinfo. « Ils étaient si heureux de me voir. Ils étaient contents d’avoir quelqu’un dans leur chenil pour leur donner de l’attention et peut-être même avoir la chance d’être emmenés en promenade. Leurs queues remuaient et ils sautaient de joie. »

« Je suis désolé »

Il explique vouloir tout faire pour que les animaux souffrent le moins possible. « Je leur ai donné leur dernier repas. La seule chose qui me rende la chose supportable, c’est de les endormir d’abord pour qu’ils dorment quand leur vie s’arrête et qu’ils ne remuent pas la queue en me regardant. D’habitude, les chiens aboient sans fin au moindre mouvement ou son, mais il n’y a rien de plus assourdissant que le silence de près de cent chiens alors que la vie de leur voisin ou ami s’arrête », écrit le vétérinaire.

Il se demande si les chiens savent et comprennent ce qu’il se passe, s’ils pensent qu’ils seront les prochains. « Dans leurs derniers instants, je dis à chacun d’eux que je suis désolé et pour ceux qui laissent derrière eux des amis, des chiots ou des frères et sœurs, je leur promets que je prendrai soin d’eux et que je ferai de mon mieux pour leur trouver un foyer ou veiller à ce qu’ils soient soignés correctement. »

Le vétérinaire anonyme a souhaité pouvoir leur dire à quel point il était désolé que les chiens n’aient jamais pu connaître la vie au sein d’une famille aimante. « Je suis tellement désolé qu’ils soient nés dans un monde qui n’avait pas de place pour eux et pour tant d’autres. Je suis désolée qu’ils n’aient pas été assez beaux ou de la bonne race pour faire partie des élus et je suis désolée que pendant des mois ou pour certains d’entre eux presque un an, d’innombrables personnes soient passées devant leur cage et aient décidé de ne pas les choisir ou de partir et de choisir plutôt d’acheter un chiot ailleurs », a-t-il écrit.

Demande de bénévolat

Le vétérinaire lance un appel à l’action. Il demande aux gens de faire du bénévolat dans leur refuge local, de donner ce qu’ils peuvent pour les programmes de stérilisation et, surtout, d’adopter plutôt que d’acheter. Le vétérinaire écrit : « J’espère vraiment pouvoir vivre de mon vivant dans un monde où aucun animal en bonne santé n’est euthanasié par manque d’espace, de foyers ou de ressources disponibles ».