Le G7 doit s’engager à distribuer un milliard de doses aux pays les plus pauvres

Le G7 doit s’engager à distribuer un milliard de doses aux pays les plus pauvres
Ph. AFP

Réunis de vendredi à dimanche dans le sud-ouest de l’Angleterre, les dirigeants de grandes puissances doivent « annoncer qu’ils fourniront au moins un milliard de doses de vaccins contre le coronavirus en partageant des doses et en les finançant », a indiqué dans un communiqué le gouvernement britannique, qui assure la présidence du G7 cette année.

Ils doivent également « présenter un plan pour étendre la production de vaccins afin d’atteindre cet objectif », a-t-il poursuivi.

« En vaccinant plus de personnes dans le monde, non seulement nous aiderons à mettre fin à la pandémie de coronavirus, mais nous réduirons aussi le risque pour la population au Royaume-Uni » en « diminuant la menace posée par des variants résistants aux vaccins apparaissant dans des zones ayant d’importants foyers épidémiques », a-t-il ajouté.

Londres montre l’exemple

Dans ce cadre, Londres a précisé donner 100 millions de doses excédentaires provenant de différents laboratoires grâce à l’avancée de son programme de vaccination, qui a déjà permis d’administrer près de 70 millions d’injections au Royaume-Uni. Cinq millions de doses seront fournies d’ici septembre, et le reste jusqu’en 2022, principalement via le dispositif Covax.

Les États-Unis se sont engagés de leur côté à fournir 500 millions de vaccins de Pfizer/BioNTech, dont 200 millions cette année. La présidence britannique souhaite aussi appeler les laboratoires pharmaceutiques à fournir des vaccins à prix coûtant durant toute la durée de la pandémie, à l’instar d’Oxford/AstraZeneca.

En mai, les producteurs Pfizer/BioNTech, Moderna et Johnson & Johnson s’étaient engagés à fournir à prix coûtant ou réduit 3,5 milliards de doses aux pays les plus pauvres en 2021 et 2022, dont 1,3 milliard cette année. Les chefs d’État et de gouvernement du G7 discuteront également de la mise en place de « mécanismes pour prévenir les futures pandémies ».