Le dôme de chaleur a déjà fait plusieurs centaines de morts en Amérique du Nord

Le dôme de chaleur a déjà fait plusieurs centaines de morts en Amérique du Nord
AFP / D. MacKinnon

Rien que dans le comté de Multnomah, dont la capitale est Portland, en Oregon, 45 personnes ont succombé aux chaleurs extrêmes, a confirmé mercredi (heure locale) le service médico-légal local. À Portland, où le thermomètre a affiché jusqu’à 47ºC ces derniers jours, et dans ses environs, la plupart des personnes décédées étaient âgées de 44 à 97 ans et présentaient des problèmes de santé, poursuit le service. Sans air conditionné ni ventilateur, ils sont a priori décédés d’hyperthermie.

Comme ailleurs, le comté a ouvert vendredi des « centres de rafraîchissement », dotés d’air climatisé et de brumisateurs. Le Congress Center de Portland a ainsi accueilli plus de mille personnes pour la nuit, d’après le service médico-légal. En journée, plusieurs centaines d’habitants y ont trouvé refuge. Ils y ont également reçu de l’eau et des repas.

Coincé entre l’Oregon et la frontière canadienne, l’État de Washington a également recensé plusieurs décès attribués à la chaleur. À Seattle, les médecins urgentistes ont noté un afflux de personnes présentant notamment des problèmes aux reins ou au cœur. Au moins 16 personnes sont mortes d’hyperthermie dans la région, selon les autorités locales.

Record absolu de température

La côte ouest du continent américain est habituée à des températures tempérées et une météo généralement humide, mais fait face depuis plusieurs jours à un mercure flirtant avec les 50ºC. Ainsi, la ville canadienne de Lytton, quelque 260 km plus au nord de Vancouver, a enregistré mardi jusqu’à 49,6ºC, un record absolu pour le Canada. Dans la région de Vancouver, des écoles ont été fermées et les campagnes de vaccination contre le Covid-19 suspendues. Les climatiseurs et ventilateurs sont en rupture de stock.

Les autorités des deux pays ont appelé la population à minimiser ses sorties, à boire beaucoup d’eau et à prendre des nouvelles des personnes seules et âgées.

« La durée de cette canicule est inquiétante car il y a peu de répit la nuit », a souligné le ministre canadien de l’Environnement.

« Face à la réalité du réchauffement climatique »

« Les gens souffrent, les enfants ne peuvent pas jouer dehors, les routes craquent », avait notamment relevé le président américain Joe Biden en marge d’un entretien avec des gouverneurs démocrates et républicains, recensant 36 feux actuellement actifs dans les États de la côte pacifique. « Le réchauffement climatique est à l’origine de la combinaison dangereuse entre la chaleur extrême et la sécheresse prolongée », a ajouté M. Biden, soulignant, à l’adresse de ses adversaires républicains climato-sceptiques, que ce ne devrait pas être un « débat partisan ».

« Les jours chauds sont toujours plus chauds, les jours secs toujours plus secs : la réalité du réchauffement climatique est face à nous », a également commenté le gouverneur démocrate de Californie Gavin Newsom.

« On voit de plus en plus ce type de phénomènes météorologiques extrêmes ces dernières années. Il faut être réaliste, nous savons que cette vague de chaleur ne sera pas la dernière », a, enfin, estimé le Premier ministre canadien Justin Trudeau.