Le discours à la télévision russe a désormais évolué: «Nous allons reprendre ce que nous avons perdu dans le passé»

Le discours à la télévision russe a désormais évolué: «Nous allons reprendre ce que nous avons perdu dans le passé»
Ph. A. Kazakov

Ce jeudi, le président russe Vladimir Poutine a énormément fait parler de lui en comparant sa politique actuelle à celle de Pierre le Grand, un tsar qui avait combattu la Suède, envahissant une partie de son territoire, ainsi que la Finlande, une partie de l’Estonie et de la Lettonie. « On a l’impression qu’en combattant la Suède, il s’emparait de quelque chose. Il ne s’emparait de rien, il reprenait. Apparemment, il nous incombe aussi de reprendre et de renforcer. Oui, il y a eu des époques dans l’histoire de notre pays, lorsque nous avons été obligés de reculer, mais seulement pour reprendre des forces et aller de l’avant », avait-il assuré.

Très vite, la télévision russe s’est adaptée au discours de son président. Alors que les commentateurs russes parlaient jusqu’il y a peu « d’opération spéciale » pour « chasser les nazis » du gouvernement ukrainien, il est désormais question de tenter de conquérir de nouveaux territoires. « Poutine parle de renforcement et d’expansion. Reprendre des terres signifie s’étendre. Ce que nous avons perdu dans le passé, nous devons maintenant le reprendre. C’est une formulation complètement différente de notre objectif. Ça va être intéressant », a expliqué le présentateur star Vladimir Solovyov dans son émission « The Evening With Vladimir Solovyov ».

« Le monde a changé »

Même son de cloche du côté d’Andrey Kartapolov, un invité régulier de l’émission qui est aussi chef du comité de défense russe. « Le monde a changé. Le temps du colonialisme américain est révolu et ne reviendra jamais. Dans ce nouveau monde, la Russie concentrera le pouvoir. Elle sera la boussole morale, le phare de la pureté et de la vérité vers lequel se tourneront les personnes sensées de toute la planète ».

« La Russie vivra de meilleurs jours dans dix ans. Mais le plus important, c’est que nous savons ce qui nous attend dans le futur proche : le retour et la fortification des territoires perdus », prédit finalement Vladimir Solovyov.