L’auteur d’une série de meurtres avait prédit ses crimes dans des livres écrits entre 2018 et 2020

L’auteur d’une série de meurtres avait prédit ses crimes dans des livres écrits entre 2018 et 2020
Ph. Twitter

« Nous sommes au courant des livres écrits par le suspect sous un pseudonyme, qui sont un élément de notre enquête », a confirmé jeudi à l’AFP un porte-parole de la police de Denver. Le tireur, identifié comme Lyndon McLeod par la police, avait publié une trilogie, « Sanction », entre 2018 et 2020 sous le nom de Roman McClay.

Sur des photos issues de ses différents comptes sur les réseaux sociaux, il porte une longue barbe et des cheveux bruns, ainsi que des tatouages. D’après un commentaire posté sur le site internet de l’auteur, l’intrigue suit « un homme politique/milliardaire qui veut utiliser la technologie génétique pour réécrire l’ADN de criminels, comme des tueurs en série ou des gens violents ».

Des faits vérifiés

Selon les médias américains, dans le premier volume, un homme nommé Lyndon MacLeod tue un personnage appelé Michael Swinyard dans un immeuble de Denver. Les autorités ont confirmé qu’une des victimes portait le même nom et qu’elle avait été tuée à l’adresse mentionnée dans le livre.

Dans un autre volume, l’auteur raconte le meurtre d’une femme, Alicia Cardenas, aussi identifiée comme une des victimes. Le nom du suspect apparaissait également sur des documents administratifs liés à un local racheté il y a quelques années par Mme Cardenas.

Dans une publication sur son site, « Roman McClay » disait mélanger la fiction et les « personnes » et « événements réels » afin de « brouiller la frontière entre ce qui existe et ce qui est possible ».

De dramatiques fusillades

Lundi, le tireur, âgé de 47 ans, a d’abord ouvert le feu dans un salon de tatouage à Denver, tuant une tatoueuse et la propriétaire du salon, Alicia Cardenas.

Il a ensuite blessé mortellement Michael Swinyard, puis s’est rendu à Lakewood, dans la banlieue de Denver, où il a tué un homme dans un autre salon de tatouage puis la réceptionniste d’un hôtel. Il a été abattu par une policière, elle-même blessée dans l’échange de coups de feu.

Le suspect semblait « cibler des personnes spécifiques » et il avait des « relations personnelles ou professionnelles » avec certaines de ses victimes, avait indiqué mardi la police. La réceptionniste n’était pas liée au tireur, mais celui-ci avait eu des « interactions » avec l’hôtel, selon la police.

Lyndon McLeod avait déjà fait l’objet d’enquêtes policières en 2020 et 2021, mais aucune poursuite n’avait été engagée, a précisé la police qui n’a pas encore déterminé le mobile de ces attaques.