L'album rarissime de Wu-Tang Clan aux enchères sur Ebay

L'album rarissime de Wu-Tang Clan aux enchères sur Ebay

Les enchères ont commencé ce mardi à 1 $ sur eBay. Désormais, la vente d'un album de rap américain a atteint plus d'1 million ce jeudi. Il ne reste que 9 jours avant la fin de l'offre de l'américain Martin Shkreli.

Cet homme d'affaires controversé de 34 ans a acheté fin 2015 «Once Upon a Time in Shaolin», un double album des rappeurs du Wu-Tang Clan. Il n'y a qu'un seul exemplaire de ce projet musical jamais commercialisé.

https://giphy.com/embed/HRS6CAYaNJIRi

via GIPHY

Un patron controversé 

Ce patron dans l'industrie pharmaceutique est devenu célèbre lorsqu'il a multiplié par 55 le prix d'un médicament destiné aux séropositifs en septembre 2015. Ce qui lui a valu le surnom d' «homme le plus détesté d'Amérique» ou de « génie bouc émissaire ».

Getty Images/AFP

Il est également connu pour posséder des collections de musique qui n'ont jamais été diffusées aux publics. Il a acheté avec des sommes colossales les albums inconnus du groupe Nirvana et des Beatles, le projet « Tha Carter V » du rappeur Lil Wayne et, bien entendu, le double disque de Wu-Tang Clan.

Un trésor du rap entre ses mains

https://www.instagram.com/p/BVoemAMnlRY/?tagged=onceuponatimeinshoalin

L'unique copie de «Once Upon a Time in Shaolin» avait été conservée dans un coffre-fort au Maroc lors de sa première mise aux enchères par le groupe en 2015. De plus, le contrat de vente stipule que l'homme d'affaires n'était pas autorisé à partager le projet au public jusqu'à l'année 2103. RZA, le leader du Wu-Tang Clan, avait expliqué que la vente avait été finalisée avant le scandale du médicament Daraprim.

Shkreli avait promis, en 2016, que si Donald Trump gagnait les élections présidentielles américaines, toute sa collection inédite serait gratuite au grand public.

Ph. Twitter

Le 8 novembre 2016, il a dévoilé quelques courts extraits de l'album de Wu-Tang Clan sur YouTube et Periscope.

https://www.youtube.com/watch?v=J2Zrk9MZWyQ

Shkreli a savouré la victoire de Trump, mais la communauté hip-hop, espérant la sortie officielle, est tombée dans le panneau. Beaucoup ont vivement critiqué le patron controversé pour avoir acheté l'album.

Les raisons de l'enchère

Getty Images/AFP

Un mois après avoir été déclaré coupable dans son procès pour fraude et manipulations devant un tribunal fédéral de Brooklyn, il a mis en vente mardi soir le précieux opus sur le site d'enchères eBay.

"J'avais décidé d'acheter cet album pour faire un don au Wu-Tang Clan pour leur formidable production musicale. En retour, j'ai reçu du mépris de la part d'au moins un (moins intelligent) de leurs membres", a-t-il relevé sur eBay. "Je serai curieux de voir si le monde accorde de la valeur à la musique autant que moi. J'ai fait des dons à plusieurs groupes de rock et des rappeurs depuis des années. Je veux m'assurer qu'ils continuent à produire des œuvres artistiques."

https://giphy.com/embed/ccAxjRphikoPC

via GIPHY

Le  terme « moins intelligent » fait référence à Ghostface Killah, membre du groupe. Le rappeur a vivement critiqué Shkreli pour avoir acheté l'album. En réponse aux insultes, le patron pharmaceutique a même menacé d'enlever les couplets de Ghostface de l'album et de "le retirer du livre de l'histoire du rap".

https://www.youtube.com/watch?v=lI9jywQ4cgc

Avec une provocation dont il est coutumier, il a avoué n'avoir même pas écouté l'entièreté de l'album. "À tout instant, je peux annuler cette mise en vente et je pourrais même briser l'album par frustration", a-t-il écrit dans un message accompagnant l'enchère, qui doit se tenir jusqu'au 15 septembre.

Pour une cause médicale

Ph. Instagram

Shkreli a précisé qu'il donnerait la moitié de la somme récoltée à la recherche médicale, assurant qu'il n'avait pas besoin d'argent mais qu'il entendait ainsi marquer les esprits.

Il a multiplié le prix du Daraprim, un médicament de plus 65 ans pour les victimes du sida, de 13,50 à 750 dollars car le produit n'était, selon Shkreli, pas rentable au prix normal. Le jeune patron veut également créer une version plus efficace.

Mais les compagnies d'assurances et les politiciens (autant Hillary Clinton que Donald Trump) s'insurgent par cette hausse de prix et refusent de contribuer à la recherche. Shkreli est donc livré à lui-même et son entreprise. Lorsqu'il récoltera l'argent pour sa recherche, il promet d'offrir à bas prix, voire gratuitement pour certains, son médicament.