La canicule de fin juin «presque impossible» sans le réchauffement climatique

La canicule de fin juin «presque impossible» sans le réchauffement climatique
AFP / BC Wildfire Service

Les scientifiques du World Weather Attribution, une initiative regroupant des experts de divers instituts de recherche dans le monde, ont estimé que le changement climatique avait rendu cet événement au minimum 150 fois plus susceptible de se produire.

« Il n’y a aucun doute, le changement climatique a joué un rôle majeur », a déclaré lors d’un point presse Friederike Otto, de l’université d’Oxford, l’une des auteures de l’étude.

Les températures subies ont été tellement anormales par rapport aux moyennes habituelles dans cette région qu’il a été compliqué pour les chercheurs de calculer à quel rythme un tel événement pourrait se reproduire. Mais selon eux, avec le climat actuel, une telle vague de chaleur pourrait statistiquement avoir lieu une fois tous les 1.000 ans.

Ils ont par ailleurs déterminé que les températures enregistrées ont été environ 2ºC plus élevées qu’elles l’auraient été si cet épisode de chaleur extrême avait eu lieu au début de la révolution industrielle.

Le mois dernier, le Canada a battu plusieurs fois son record absolu de température, qui s’est finalement établi à 49,6ºC dans le village de Lytton, le 30 juin.

Les États américains de Washington et de l’Oregon se sont également retrouvés sous ce « dôme de chaleur », provoqué par de fortes pressions emprisonnant l’air chaud. Ce phénomène climatique n’était pas inédit en soi, mais bien plus puissant que constaté jusqu’ici.

Le mois de juin le plus chaud

Le mois de juin 2021 a été le plus chaud pour l’Amérique du Nord depuis le début des mesures, avait annoncé plus tôt mercredi le service européen Copernicus sur le changement climatique (C3S).

Il a dépassé de 1,2ºC la moyenne de la période 1991-2020, soit 0,15ºC au-dessus du précédent mois de juin le plus chaud pour cette région, en 2012.

Le bilan humain exact n’est pas encore connu mais s’élève à au moins plusieurs centaines de décès.

Le World Weather Attribution s’est fait une spécialité d’analyser le lien possible entre un événement météo extrême précis et le réchauffement climatique, en calculant dans des délais très courts la probabilité qu’il se soit produit même sans le dérèglement climatique lié aux émissions de gaz à effet de serre.

Pour leurs travaux, les chercheurs du World Weather Attribution ont étudié, sur plusieurs décennies, les relevés de températures de la zone affectée la plus densément peuplée, autour des villes américaines de Seattle et Portland, et de la canadienne Vancouver.

Ils ont ensuite utilisé des modélisations pour comparer le climat actuel avec celui du passé, en utilisant des méthodes validées par des pairs.

Une série de facteurs ont rendu cet événement possible mais les scientifiques soulignent notamment le rôle de la sécheresse ayant sévi dans cette région au printemps. Des sols secs conduisent à une moindre évaporation, qui aurait permis de limiter la chaleur.

Deux scénarios

Pour l’avenir, deux scénarios sont possibles, selon les chercheurs. Le premier est que même si la crise climatique a amplifié et rendu beaucoup plus probable un tel événement, il reste malgré tout très rare.

La seconde hypothèse est plus inquiétante : la hausse générale des températures pourrait avoir fait franchir un seuil, conduisant à un réchauffement exponentiel plus important que ce que l’on prévoyait jusqu’à présent, et que les modèles climatiques actuels échouent à prédire.

Ce dôme de chaleur « est quelque chose que personne n’a vu venir, ni ne pensait possible. Nous avons le sentiment que nous ne comprenons pas les vagues de chaleur aussi bien que nous le pensions », a expliqué Geert Jan van Oldenborgh, du Royal Netherlands Meteorological Institute.