La banquise fond deux fois plus vite que prévu: «C’est plus rapide que nous le pensions»

La banquise fond deux fois plus vite que prévu: «C’est plus rapide que nous le pensions»
AFP / J. Nackstrand

L’étude, parue dans la revue The Cryosphere, conclut que la glace dans les principales régions côtières arctiques s’amincit à un rythme de 70 à 100 % plus rapide que le consensus établi.

Cause de cette réévaluation spectaculaire : l’utilisation par les chercheurs de cartes plus récentes concernant l’épaisseur de la neige au-dessus de la glace, qui prennent cette fois-ci en compte l’impact de plusieurs décennies de changement climatique.

L’épaisseur de la banquise est en effet estimée en mesurant la hauteur de la glace au-dessus de l’eau, une mesure faussée par la quantité de neige qui pèse sur la banquise.

« Plus rapide que nous le pensions »

« Les calculs précédents sur l’épaisseur de la banquise étaient basés sur une carte de la neige mise à jour pour la dernière fois il y a 20 ans », a expliqué le doctorant Robbie Mallett, qui a dirigé l’étude.

« Comme la banquise commence à se former de plus en plus tard dans l’année, la neige qui la recouvre a moins de temps pour s’accumuler », poursuit-il. « Nos calculs tiennent pour la première fois compte de cette diminution et suggèrent que la banquise fond plus rapidement que nous le pensions. »

Les chercheurs ont utilisé un satellite de l’Agence spatiale européenne pour calculer la hauteur de la glace au-dessus de l’eau et en déduire son épaisseur totale réelle, complétant cette estimation avec un nouveau modèle pour calculer l’épaisseur de la neige, développé avec l’Université d’État du Colorado (États-Unis).

Combinés, ces résultats leur ont permis de mesurer le taux global de diminution de la glace, ainsi que sa variabilité d’une année à l’autre.

Un indicateur important

Cela constitue « une avancée majeure » pour rendre « plus précise l’interprétation des données que nous recevons des satellites », a estimé la professeure Julienne Stroeve, co-autrice du rapport, rappelant que l’Arctique se réchauffe trois fois plus vite que la moyenne mondiale.

L’épaisseur de la banquise constitue par ailleurs un « indicateur sensible de la santé de l’Arctique », a ajouté M. Mallett.

« Elle est importante car une glace plus épaisse agit comme une couverture isolante, empêchant l’océan de réchauffer l’atmosphère en hiver, et protégeant l’océan du soleil en été », a-t-il expliqué, ajoutant qu’une « glace plus mince avait également moins de chances de survivre pendant la fonte estivale ».