Guerre en Ukraine: les 27 s’accordent sur la sixième salve de sanctions, voici ce qui a été décidé

Guerre en Ukraine: les 27 s’accordent sur la sixième salve de sanctions, voici ce qui a été décidé

Cette sixième salve de sanctions européennes depuis l’invasion russe de l’Ukraine fin février a fait l’objet de difficiles tractations entre Etats membres durant plusieurs semaines.

L’adoption des textes juridiques suivra dans les prochaines heures et une communication officielle devrait avoir lieu vendredi.

Le gros morceau de ce 6e paquet est sans conteste l’embargo sur le pétrole russe, qui sera interdit d’importation par bateau d’ici la fin de l’année. Ce sujet avait été débloqué au niveau politique lors du sommet des dirigeants de lundi et mardi à Bruxelles. Les pays enclavés au premier rang desquels la Hongrie exigeaient au moins une exemption temporaire, qui a été accordée au vu de leur situation particulière.

Une exigence de la Hongrie

Mais alors que le paquet semblait débloqué, la Hongrie avait avancé mercredi en réunion des ambassadeurs une nouvelle exigence, avaient rapporté des sources diplomatiques : celle de ne pas inscrire le chef de l’Eglise orthodoxe russe, le patriarche Kirill, dans la liste des personnalités sanctionnées, celles dont les avoirs dans l’UE sont gelés et qui sont interdites d’entrée sur le territoire européen.

Dans le texte sur lequel les représentants des 27 se sont mis d’accord jeudi, ce proche de Vladimir Poutine, de son vrai nom Vladimir Goundiaïev, n’est finalement pas inclus dans les personnes à sanctionner.