Face au rebond épidémique en Europe, l’ECDC appelle à prendre des mesures «urgemment»

Face au rebond épidémique en Europe, l’ECDC appelle à prendre des mesures «urgemment»

L’agence de l’Union européenne chargée des maladies a appelé mercredi les États membres à prendre « urgemment » des mesures face au rebond épidémique en cours en Europe et au risque de fardeau sanitaire « très élevé » en décembre et janvier.

Dans un message de sa directrice Andrea Ammon, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) recommande également une dose vaccinale dite « booster » pour tous les plus de 18 ans, avec une priorité pour les plus de 40 ans.

Un niveau général de vaccination trop bas

L’agence européenne appelle aussi à faire monter le niveau général de vaccination dans l’UE, notamment dans les pays les plus en retard.

Le niveau général de vaccination dans l’Union européenne et les trois pays de l’Espace économique européen, encore inférieur à 70 % de la population totale, « laisse un large fossé vaccinal qui ne peut pas être comblé rapidement et donne un vaste espace au virus pour se répandre », souligne l’ECDC.

« Nous devons urgemment nous concentrer pour combler ce retard d’immunité, proposer des doses booster à tous les adultes et réintroduire des mesures non pharmaceutiques », affirme Mme Ammon dans une déclaration vidéo.

L’OMS craint 700.000 morts supplémentaires d’ici au printemps

Son avertissement intervient au lendemain de celui de l’OMS Europe, qui a dit craindre mardi 700.000 morts supplémentaires d’ici au printemps sur l’ensemble de sa zone d’une cinquantaine de pays d’Europe et d’Asie centrale.

Les derniers scénarios de l’ECDC « indiquent que le fardeau potentiel du variant delta dans l’UE sera très élevé en décembre et janvier à moins que des mesures de santé publique soient appliquées maintenant, en combinaison avec les efforts pour augmenter la part de vaccinés dans la population totale ».

Dans l’Union européenne, 67,7 % de la population a reçu deux doses de vaccin mais les écarts sont vertigineux entre les pays. Ainsi, selon les chiffres de mardi, seuls 24,2 % des Bulgares sont vaccinés contre 86,7 % des Portugais.