Explosion à Istanbul : les autorités turques arrêtent 22 personnes et désignent les Kurdes du PKK

Explosion à Istanbul : les autorités turques arrêtent 22 personnes et désignent les Kurdes du PKK
Onur Dogman/SOPA Images

«La personne qui a déposé la bombe a été arrêtée. (...) D’après nos conclusions, l’organisation terroriste PKK est responsable» de l’attentat, a affirmé M. Soylu dans une déclaration nocturne, relayée par l’agence officielle Anadolu et les télévisions locales.

21 autres suspects ont aussi été arrêtés, a-t-il ajouté.

Le ministre a aussi accusé les forces kurdes qui contrôlent la majeure partie du nord-est de la Syrie, qu’Ankara considère comme terroristes, d’être derrière l’attentat.

un ordre venu de Kobané?

«Nous estimons que l’ordre de l’attentat a été donné de Kobané», a-t-il ajouté.

Ville restée célèbre pour la bataille qui, en 2015, a permis aux forces kurdes de repousser le groupe Etat islamique, Kobané est contrôlée par les Forces démocratiques syriennes (FDS) dont les Unités de protection du peuple (YPG), alliées au PKK, sont une composante majeure.

L’attentat, qui n’a pas été revendiqué, a fait six morts et 81 blessés dont la moitié ont dû être hospitalisés. Parmi les victimes, toutes des citoyens turcs, figurent une fille de 9 ans et une autre de 15 ans.

L’attentat est survenu en pleine après-midi dans la rue piétonne ultra-populaire d’Istiklal le dimanche, qu’arpentent les Stambouliotes et les touristes.

Fermé immédiatement après l’attentat, l’accès à la rue est de nouveau autorisé lundi matin, ont rapporté les médias turcs.

Le PKK considéré comme une organisation terroriste

M. Soylu n’a pas précisé les conditions dans lesquelles la «personne» suspectée a été arrêtée, ni s’il s’agit d’une «femme» comme l’avaient affirmé dimanche soir le président Recep Tayyip Erdogan puis son vice-président Fuat Oktay.

Le PKK, considéré comme une organisation terroriste par Ankara mais aussi par ses alliés occidentaux dont les Etats-Unis et l’Union européenne, est en lutte armée contre le gouvernement turc depuis le milieu des années 80. Il a été souvent été rendu responsable par le passé d’attentats sanglants sur le sol turc.