Être malade de la Covid-19 accroît le risque de myocardite, et ce davantage que la vaccination

Être malade de la Covid-19 accroît le risque de myocardite, et ce davantage que la vaccination
AFP / R. Beck

Le risque de développer une myocardite a en effet été pointé du doigt après l'injection des vaccins contre la Covid-19 de Pfizer et de Moderna, notamment chez les garçons et jeunes hommes.

Mais ce risque est élevé après une infection par la maladie elle-même, selon cette nouvelle étude des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), qui a analysé les données de consultations dans plus de 900 hôpitaux.

«Un facteur de risque fort»

«La myocardite reste rare chez les patients, avec ou sans Covid-19», écrivent les CDC. «Toutefois, la Covid-19 est un facteur de risque fort et important pour la myocardite, ce risque variant avec l'âge».

Les patients atteints de la Covid-19 entre mars 2020 et janvier 2021 avaient en moyenne quasiment 16 fois plus de chances de développer une myocardite que ceux n'ayant pas contracté le virus, selon cette étude.

Ce risque était plus prononcé chez les personnes de moins de 16 ans, ainsi que de plus de 50 ans. Chez les enfants, certains cas de myocardites recensés peuvent correspondre à un syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique (PIMS ou MIS-C), note l'étude.

L’origine de ce lien reste «inconnu»

En 2020, le nombre de consultations pour myocardite dans ces hôpitaux a été 42% plus élevé qu'en 2019 -- les pics correspondant à ceux du nombre de cas de Covid-19. Par ailleurs, parmi les personnes atteintes à la fois de la Covid-19 et de myocardite, la grande majorité ont reçu leur diagnostic pour les deux maladies le même mois.

Le mécanisme exact pouvant être à l'origine de ce lien est «inconnu», précisent les CDC. Cette étude n'apporte pas directement de point de comparaison avec le risque de myocardite suivant la vaccination.

Mais les CDC mentionnent une autre étude israélienne, publiée la semaine dernière dans la revue scientifique NEJM. Selon celle-ci, le risque de développer une myocardite après l'injection d'un vaccin à ARN messager (celui de Pfizer) était multiplié par 3.

Et toujours selon cette étude, le risque de myocardite associé à une infection par le coronavirus était quant à lui multiplié par 18 -- soit bien davantage qu'après une vaccination.

La balance bénéfice-risque penche ainsi clairement en faveur de la vaccination, comme l'ont décidé les autorités sanitaires américaines. Et ce notamment dans le contexte de la flambée actuelle de l'épidémie liée au variant Delta, exposant les populations à un fort risque d'infection.