Étrange découverte dans l’espace: les scientifiques sont perplexes face à des ondes radios inhabituelles

Étrange découverte dans l’espace: les scientifiques sont perplexes face à des ondes radios inhabituelles
Ph. AFP / A. Brusini

Manisha Caleb, maître de conférences à l’Université de Sydney et de l’équipe MeerTRAP, a repéré avec son équipe des ondes radio inhabituelles à environ 1 300 années-lumière de la Terre.

Selon l’équipe scientifique, d’autres signaux similaires avaient déjà été émis par le passé mais ils avaient été manqués par des recherches antérieures.

Ils ont alors décidé de suivre ces impulsions d’ondes jusqu’à la lointaine région Cela-X 1 de la Voie lactée. Cela a duré environ 300 millisecondes.

Un nouveau type d’étoile à neutrons

À partir des enquêtes de suivi, les astrophysiciens ont déterminé que certaines caractéristiques de l’objet correspondent à celles d’une étoile à neutrons de type pulsar – un objet dérivé d’une étoile effondrée, compacte et très dense qui émet des ondes radio depuis les pôles –, cependant certains détails sont anormaux.

En effet, en croisant les données ils ont constaté que les signaux se répétaient toutes les 76 secondes, une période très longue pour la rotation d’une étoile à neutrons normale, puisqu’elle émet généralement de tels signaux répétés de l’ordre de la milliseconde ou au plus quelques secondes. Pour les pulsars, la période maximale connue dans la fréquence d’émission est de 23,5 secondes, c’est pourquoi les experts pensent qu’ils sont confrontés à une « classe complètement nouvelle d’objets radio émetteurs ».

Les experts pensent donc que leur découverte, qu’ils ont nommé PSR J0941-4046, est un nouveau type d’étoile à neutrons galactique émettrice de radio et serait ce qu’on pourrait appeler une « étoile à neutrons à ultra-longue période avec des champs magnétiques extrêmement puissants ».

L’équipe, dirigée par des membres du groupe MeerTRAP (More Transients and Pulsars) financé par le Conseil européen de la recherche à l’Université de Manchester, affirme qu’il s’agit d’une découverte unique car elle réside dans le cimetière des étoiles à neutrons où ils ne s’attendent pas à voir de radio émission du tout.

La découverte a été faite à l’aide du radiotélescope MeerKAT en Afrique du Sud et publiée dans la revue Nature Astronomy.