En Australie, les conductrices d’Uber pourront choisir de refuser les passagers masculins

En Australie, les conductrices d’Uber pourront choisir de refuser les passagers masculins
AFP / O. Berg

C’est une décision qui vient d’être prise afin de rassurer les conductrices Uber australiennes, surtout en soirée. Emma Foley, une responsable d’Uber en Australie, vient d’annoncer que les femmes et les personnes s’identifiant comme non-binaires auront la possibilité de refuser des passagers masculins. « Les femmes qui gagnent de l’argent grâce à Uber le font car cela leur permet d’être leur propre boss et de gagner en flexibilité », explique-t-elle. « En leur offrant une plus grande tranquillité d’esprit, nous espérons aider les femmes et les chauffeurs non binaires à amplifier leurs heures de travail actuelles tout en débloquant certaines barrières qui les empêchent de toucher les revenus qui soutiennent leurs ambitions ».

Cette nouvelle mesure a été prise afin d’encourager plus de femmes et de personnes non-binaires à rejoindre la communauté des chauffeurs Uber où les hommes sont surreprésentés. « Les femmes représentent un faible pourcentage de nos conducteurs », confirme Emma Foley. « La plateforme Uber devrait refléter la diversité des communautés dans lesquelles nous opérons, y compris la parité des genres chez nos conducteurs ».

Peu avant la mise en application de cette mesure, une étude lancée par Uber avait conclu que de nombreuses femmes de 18 à 60 ans étaient à la recherche de nouveaux moyens pour gagner de l’argent, via notamment des petits boulots. Elles déploraient cependant que de nombreuses barrières les empêchent de se lancer dans cette nouvelle aventure.