Echangée alors qu’elle était bébé, elle réclame trois millions €

Echangée alors qu’elle était bébé, elle réclame trois millions €
Ph. Pexels

En raison de cette malencontreuse confusion de bébés, la femme s’est retrouvée dans une famille aux multiples problèmes à partir de 2002 et a grandi avec sa grand-mère présumée, a rapporté mardi l’agence de presse Europa Press, citant l’avocat de la femme, José Saez-Morga.

L’autre femme, qui a également grandi dans la mauvaise famille, a été informée entre-temps mais n’a pas déposé de plainte pour l’instant, selon le journal El Pais et la chaîne de télévision RTVE.

Echangées «par erreur»

Les autorités sanitaires reconnaissent «l’erreur humaine» mais ne sont pas disposées à payer davantage que 215.000  € de dommages et intérêts.

Selon la ministre régionale de la Santé, Sara Alba, les deux bébés se sont retrouvés dans une couveuse en tant que prématurés, où ils ont été échangés par erreur. Celle-ci n’a été découverte qu’en 2017, lorsque des tests ADN ont été effectués dans le cadre d’une affaire de pension alimentaire de la «grand-mère» de la requérante contre le «père». Il s’est alors avéré que ni ce dernier ni la «mère» n’étaient les parents biologiques de la fille.

La plaignante attend maintenant les résultats du test ADN de son père présumé pour établir qui sont ses parents biologiques. Sa mère présumée est décédée en 2018.

Le ministre Alba a assuré à la presse que les mesures de sécurité actuelles dans les salles d’accouchement rendent à présent pratiquement impossible une confusion comme celle de 2002.