Directrice de pompes funèbres, elle dévoile tous les secrets bien gardés de son métier

Directrice de pompes funèbres, elle dévoile tous les secrets bien gardés de son métier
AFP / J. Thys

Lauren travaillait dans un salon funéraire. Après avoir quitté son job, elle a décidé d’utiliser les réseaux sociaux pour révéler quelques secrets peu connus sur son travail et répondre à des questions « inhabituelles » de ses followers. Une de ces questions a fait le buzz !

Une question bien précise

La fameuse question, c’est : « Si une femme meurt avec un tampon dans son corps, vous l’enlevez ou vous le laissez ? »

« La plupart des femmes qui décèdent, si elles sont assez jeunes pour avoir encore leurs règles, subissent généralement une autopsie », commente Lauren avant de poursuivre. « S’il y a une autopsie, l’équipe retire le tampon. Mais parfois, il n’y a pas d’autopsie complète et la personne décédée arrive au funérarium avec un tampon. »

Dans ce cas particulier, elle explique comment cela fonctionne : « J’ai un jour eu une fille qui est arrivée et qui avait un tampon. Bien sûr, nous l’avons enlevé ». Mais il y a une condition à cet acte : ils ne le font que si la personne se fait embaumer, avec l’autorisation de la famille de s’occuper du corps, comme elle le décrit dans sa vidéo Tiktok.

Par exemple, « s’il s’agissait d’une crémation, je ne vérifierais pas et ne chercherais pas de tampon. Je me contenterais de placer le corps à l’intérieur du crématorium », a-t-elle expliqué.

@lovee.miss.lauren

Reply to @purrtyboi1 Hi 👋 my name is Lauren and I like to talk with my hands. 🙈 #questions #funeral #funeraldirector #deathtok #fyp #keepingitreal

♬ Do It To It - ACRAZE

D’autres questions ont été posées, un peu moins intimes : quid des appareils dentaires ? Pour cette partie, la réponse est non, ils ne les enlèvent pas. La raison principale, elle ne sait pas comment faire !

À la question « Comment puis-je savoir si je récupère les bons restes incinérés ? » Lauren répond ceci : « c’est une très bonne question ». « Une fois que nous amenons quelqu’un au funérarium et qu’il doit être incinéré, nous lui attribuons une petite étiquette d’identification en métal. Cette étiquette reste avec elle tout au long du processus de crémation. Ensuite, nous scellons le sac avec les restes de la crémation à l’intérieur. Nous imprimons ensuite un certificat de crémation avec le nom de la personne et le numéro qui lui a été attribué au crématoire (le numéro figurant sur l’étiquette). »

Voila, vous savez tout !