Deux millions de jeunes Américains continuent à vapoter régulièrement

Deux millions de jeunes Américains continuent à vapoter régulièrement
Ph. Getty

Cette étude gouvernementale (National Youth Tobacco Survey) semble pointer vers une baisse du nombre de jeunes vapoteurs, déjà entamée en 2020, mais les résultats sont difficilement comparables à ceux de l’année précédente, car ils ont cette fois été très influencés par la pandémie.

Environ 20.000 jeunes âgés de 11 à 18 ans ont répondu à un questionnaire entre mi-janvier et mi-mai cette année, qui leur demandait notamment s’ils avaient vapoté dans les 30 derniers jours.

En 2021, environ 11 % des élèves de 14 à 18 ans déclaraient vapoter régulièrement (1,7 million de personnes), et près de 3 % des élèves de 11 à 14 ans (320.000).

En 2020, ces chiffres étaient respectivement d’environ 20 % des lycéens (3 millions) et près de 5 % des collégiens (550.000). Mais ces résultats ne sont pas comparables, préviennent les autorités sanitaires.

Moins de vapotage à cause de la pandémie ?

D’abord à cause d’un changement de méthodologie : les jeunes interrogés remplissaient habituellement ce questionnaire en classe, mais l’ont cette fois fait en ligne à cause de la crise de Covid-19.

Les fermetures d’écoles ont également largement pu contribuer à la baisse, le vapotage étant souvent associé à une activité sociale.

Selon l’étude, le type de produit le plus utilisé était les E-cigarettes jetables, suivies par celles utilisant des recharges (« pods »), et enfin celles à réservoir.

Les marques les plus citées étaient Puff Bar (en première position chez les lycéens comme les collégiens), mais aussi JUUL, Vuse et SMOK.

Le succès des E-cigarettes aromatisées

Parmi les jeunes vapoteurs, près de 85 % déclaraient utiliser des E-cigarettes aromatisées. Les goûts préférés : fruit, bonbons…

« Ces données soulignent le fait que les E-cigarettes aromatisées sont toujours très populaires chez les enfants », a déclaré dans un communiqué Mitch Zeller, de l’Agence américaine des médicaments (FDA). Il a souligné une donnée « inquiétante » : un quart des lycéens vapoteurs déclaraient le faire quotidiennement.

La FDA est en train d’étudier si les produits de vapotage actuellement sur le marché sont « appropriés pour la protection de la santé publique ». L’objectif : juger si les bénéfices tirés par les adultes (par exemple pour arrêter de fumer) sont suffisants pour contrebalancer le risque posé pour les plus jeunes.

Les E-cigarettes contiennent de la nicotine qui peut « altérer le développement du cerveau adolescent », souligne la FDA. « Utiliser de la nicotine dans l’adolescence peut aussi accroître le risque d’addiction à d’autres drogues par la suite. »

Des centaines d’entreprises ont déposé un dossier afin d’être autorisées à continuer leurs ventes. La FDA a déjà interdit plusieurs millions de produits, mais n’a pas encore pris de décision sur ceux des leaders du marché, dont JUUL.