Des mois après sa fausse couche, elle souffre à cause des restes du bébé, toujours en elle

Des mois après sa fausse couche, elle souffre à cause des restes du bébé, toujours en elle
Ph. Pixabay

Ericka Hall, une Britannique de 38 ans, avait fait une fausse couche la veille de son examen de 12 semaines, en mars dernier, et avait été examinée par les médecins avant d’être autorisée à rentrer chez elle. Lorsqu’elle est rentrée, elle a senti que « quelque chose n’allait pas ». En effet, la jeune femme ne cessait de saigner et s’évanouir, rapporte Stoke-on-TrentLive.

Quelques mois plus tard, Erica ressent une vive douleur. « Je pensais que j’avais une infection. J’ai commencé à avoir mal », explique-t-elle. « J’ai fait un test d’urine, et rien d’anormal n’est apparu. Ensuite, la douleur est devenue vraiment intense, j’avais du mal à sortir du lit et à dormir. Je n’en pouvais plus alors je suis allée à l’hôpital, j’y suis allée trois fois en 14 jours », poursuit-elle.

« Ils n’arrêtaient pas de me renvoyer chez moi. Finalement, ils m’ont emmenée, ont fait une échographie et ont trouvé un kyste sur mon ovaire. Ils ont dit qu’il y avait encore des restes du bébé. » Erica a donc dû subir une intervention chirurgicale pour les retirer.

Après cette terrible expérience, la mère de quatre enfants se dit abandonnée par l’hôpital. « Je suis en colère. Pourquoi n’ont-ils pas vérifié après la fausse couche que tout était parti ? », se demande-t-elle aujourd’hui. « Je ne souhaiterais pas cette douleur à mon pire ennemi, c’était horrible. » L’hôpital, qui a été contacté par Stoke-on-TrentLive, a indiqué qu’une enquête serait menée.