Des chercheurs découvrent un nouveau coronavirus en Suède

Des chercheurs découvrent un nouveau coronavirus en Suède
Ph. Unsplash

Alors que la situation épidémiologique est toujours très bonne chez nous, des chercheurs suédois ont annoncé la découverte d’un nouveau coronavirus. Leur étude, basée sur 260 campagnols roussâtres trouvés à Grismö, à l’ouest de Stockholm, montre que le virus circule déjà chez ces rongeurs suédois. « Entre 2015 et 2017, nous avons trouvé ce que nous appelons le ‘Grismö virus’ dans 3,4 % de ces campagnols, ce qui suggère que le virus est déjà commun et répandu parmis les campagnols roussâtres suédois », indique Åke Lundkvistn, auteur de l’étude.

Comme l’explique le chercheur, le campagnol roussâtre est un des rongeurs les plus communs d’Europe. « Nous ne savons toujours pas quelles menaces potentielles le virus Grimsö peut représenter pour la santé publique. Cependant, sur base de nos observations et des précédents coronavirus identifiés chez les campagnols roussâtres suédois, il y a de bonnes raisons de continuer à surveiller le coronavirus chez les rongeurs sauvages », conclut Åke Lundkvistn.

L’activité humaine en cause

Depuis le début de la pandémie, des chercheurs alertent quant au danger que représentent les maladies animales pour les humains. Qu’il vienne d’une chauve-souris ou qu’il ait transité par un pangolin, le coronavirus vient du monde animal. Mais c’est l’activité humaine qui a favorisé son passage à l’Homme, et si rien ne change, bien d’autres vont suivre, alertent des spécialistes.

« Vu la croissance de la population humaine et son utilisation toujours plus intense des ressources planétaires, la destruction d’écosystèmes de plus en plus nombreux multiplie les contacts » entre espèces, mettait en garde en 2020 Gwenaël Vourc’h, directrice-adjointe de l’unité d’épidémiologie vétérinaire de l’INRAE, un institut de recherche public français.