Ce policier a passé 20 ans à travailler sous couverture en tant que… pédophile

Ce policier a passé 20 ans à travailler sous couverture en tant que… pédophile

Ian James a été témoin et a enduré certaines des choses les plus horribles qu’un fonctionnaire puisse endurer et a réussi à sauver de nombreux enfants en cours de route, ainsi qu’à traduire des monstres en justice. Il a voyagé à l’étranger, a étudié le comportement des agresseurs sexuels d’enfants et gagné leur confiance, tout en essayant d’élever ses propres enfants avec sa femme. Depuis lors, il a écrit un livre intitulé « Save One Child » et a raconté son histoire dans la série de podcasts Anything Goes With James English.

James a grandi à Cornwall et a intégré la police à l’âge de 18 ans. Au cours de sa carrière, il a travaillé à Londres avant de déménager dans le nord de l’Angleterre, à Cleveland. Mais ce qui définit ses années passées à porter l’uniforme, c’est son temps passé en tant qu’agent d’infiltration pour attraper les délinquants sexuels d’enfants.

De toute évidence, les temps ont changé maintenant et une grande partie du travail qu’on aurait demandé de faire à Ian est désormais en ligne. Mais le père de deux enfants a dû faire ces enquêtes dans la vraie vie, nouer des relations avec ceux qu’il avait l’intention de traduire en justice.

« Ils sont très méfiants »

Dans ce podcast, James explique les difficultés qu’il a rencontrées pour gagner la confiance des prédateurs qu’il recherchait. « Ils sont très prudents, ils sont très méfiants parce qu’ils ne pensent pas nécessairement que vous êtes un policier, ils sont plus susceptibles de penser que vous êtes un journaliste et ils ont peur d’être reconnus et humiliés (…) Parfois, ce que vous devez faire, c’est les manipuler pour qu’ils soient acceptés, et c’est si difficile parce que vous n’avez qu’une petite fenêtre d’opportunité pour le faire. Alors, si vous ne le faites pas, si vous ne réussissez pas, théoriquement, vous êtes fini. Parce que vous ne pouvez pas retourner dans votre domaine. »

Forcé à regarder des images d’enfants

James a longuement expliqué comment il s’est battu pour ne pas ramener son travail à la maison et comment il continue à faire face à l’horreur de ce dont il a été témoin pendant ses années sur le terrain. Il a également parlé du nombre de personnes qui refusent le travail parce qu’elles « ne peuvent pas se forcer à parler à ces personnes ». L’activité quotidienne de son travail consistait à regarder des images d’enfants qu’il ne voulait pas voir afin de ne pas se trahir et de pouvoir « cacher (son) moi intérieur » et « tout bloquer » en exécutant un « rôle d’acteur ». « Si je ne peux pas gérer cette image, un prédateur m’identifierait et je pourrais mettre un enfant en danger », explique-t-il.

« Un des pires prédateurs sexuels »

Au fil des ans, James a réussi à établir la confiance avec les prédateurs, tout en luttant pour ne pas faire exploser sa couverture et traitant simultanément certains des matériaux les plus horribles. Son travail le plus long au cours de sa carrière a duré une année entière et l’a vu faire face à de nombreux prédateurs différents, dont un qui était « à très haut risque, très dangereux » et « considéré comme l’un des pires à l’époque ». Il est également allé en prison pour attraper un délinquant déjà incarcéré, risquant sa propre sécurité non seulement en tant qu’officier de police, mais aussi en tant que « sympathisant » avec des personnes emprisonnées pour des délits sexuels sur enfants. « Le problème, c’est qu’ils n’aiment pas les prédateurs, et je suis censé être un sympathisant, ou je pourrais en être un. Et, je rencontre quelqu’un qui est condamné, vous pouvez donc imaginer l’hostilité potentielle. »

« Si vous sauvez un enfant, vous voulez en sauver d’autres »

Durant sa carrière, James a sauvé au moins 50 enfants, et ce désir d’aider les enfants l’a poussé à retourner dans ces situations pour attraper les responsables. « Vous sauvez un enfant, et vous pensez ‘vous savez quoi’ ? Je peux le faire parce que je viens de le faire.’ La satisfaction que j’avais est devenue un peu une obsession car si vous sauvez un enfant, alors vous voulez en sauver un autre, puis un autre. Si j’ose le dire, nous avons probablement mieux réussi à sauver des enfants qu’à obtenir des condamnations. »

« C’est un sujet que les gens ne veulent pas lire »

Maintenant, James veut sensibiliser non seulement à la sécurité des enfants dans un monde où les comportements prédateurs sont monnaie courante, mais c’est aussi une forme de catharsis pour lui-même. « C’est un sujet que les gens ne veulent pas lire, et je ne veux pas glorifier ce que j’ai fait, je voulais que les gens comprennent vraiment à quel point c’est difficile. C’est toujours d’actualité maintenant, même si nous sommes entrés dans ce monde en ligne. Il y a des prédateurs là-bas, donc ce n’est pas seulement en ligne. Vous devez faire attention. Il y a plus de chances que jamais que les enfants soient maltraités maintenant parce que c’est si facile. »

Vous pouvez écouter le podcast complet avec Ian James en anglais sur la chaîne YouTubeAnything Goes With James

Lire aussi : Le témoignage choquant d’un pédophile à la télévision néerlandaise