Après l’avortement, pourquoi la Cour suprême américaine pourrait aller plus loin?

Après l’avortement, pourquoi la Cour suprême américaine pourrait aller plus loin?
Ph. AFP

-> Contexte :

Depuis le 24 juin, il revient désormais aux Etats américains de légiférer à propos du droit à l’avortement. Conséquence directe de cette décision : certains Etats comme le Missouri ont annoncé l’interdiction des interruptions volontaires de grossesse dans la foulée.

C’est donc l’arrêt Roe vs Wade qui a été annulé à 5 voix contre 4.

Depuis, le conservateur Clarence Thomas, qui siège à la Cour suprême, a affirmé qu’il souhaitait examiner d’autres jurisprudences qui concerne la vie privée des Américains.

-> Quels autres droits menacés?

Le spécialiste Jean-Eric Branaa, explique à nos confrères du Huffpost : « La décision de la Cour suprême sur l’avortement ouvre un champ des possibles qui est plutôt inquiétant. Elle serait en effet basée sur la remise en cause du droit à la vie privée. Or, de nombreuses décisions ont depuis été basées sur le même principe. »

« Le juge Thomas a explicitement appelé à reconsidérer le droit à l’égalité du mariage, le droit des couples à faire leurs choix en matière de contraception. C’est une voie extrême et dangereuse sur laquelle la Cour nous entraîne », a estimé, quant à lui, Joe Biden.

Dans la décision rendue vendredi, on peut lire que « rien dans cet arrêt ne doit être interprété comme remettant en doute des jurisprudences sans lien avec l’avortement ». Toutefois, Brett Kavanaugh, un des autres juges conservateur de la Cour suprême, a affirmé que la remise en cause du droit à l’avortement ne menacait pas les autres droits. Toutefois, le remaniement très conservateur opéré par Donald Trump durant son mandat, laisse penser que certains droits durement acquis seront bientôt menacés pour les Américains.