Anabel, 15 ans, se suicide après avoir commencé à prendre un médicament contre l’acné

Anabel, 15 ans, se suicide après avoir commencé à prendre un médicament contre l’acné
Ph. JustGiving

En mai 2019, la jeune Annabel Wright s’est suicidée alors qu’elle suivait un traitement de Roaccutane, aussi appelé isotrétinoïne, prescrit par un médecin de Harrogate, dans le North Yorkshire.

Selon le Sun, cette adolescente britannique de 15 ans prenait ce médicament depuis sept mois lorsqu’un soir, elle s’est isolée dans sa chambre en prétendant devoir réviser pour un contrôle d’Espagnol. Une vingtaine de minutes plus tard, sa mère l’a trouvée inconsciente. Malgré l’aide de sa famille, la jeune adolescente n’a pas pu être ranimée.

Un effet secondaire

Dévastés par la disparition de leur fille, Simon et Helen Wright ont aussitôt demandé qu’une autopsie soit pratiquée. Selon eux, le suicide de leur fille est lié aux effets secondaires du Roaccutane. « Les preuves fournies au cours de cette enquête ont montré que notre enfant normale, heureuse et équilibrée s’est suicidée, soudainement, sans avertissement et sans aucune circonstance atténuante autre que le fait qu’elle prenait un médicament qui peut provoquer un suicide », a déclaré sa maman au quotidien britannique.

« Mrs. Wright m’a dit qu’Annabel était une enfant brillante et heureuse », a expliqué de son côté le médecin légiste. « Annabel avait beaucoup d’amis. Selon son père, elle était tout ce qu’un père pouvait espérer. Elle était très aimée. » Pour ses parents, ce témoignage appuyait leur théorie du suicide provoqué par le médicament qui aurait perturbé l’équilibre de l’esprit de la jeune adolescente.

Mais ils ont été stupéfaits lorsque le coroner a écarté les suspicions planant sur le Roaccutane et ses effets secondaires éventuels. « La mort d’Annabel a été un choc pour tous ceux qui la connaissaient. Elle s’est très clairement ôté la vie. Mais rien ne prouve que l’équilibre chimique de son cerveau était mauvais. Le fait qu’elle se soit suicidée ne veut pas dire qu’il y avait un déséquilibre chimique dans son cerveau. Et même si c’était le cas, rien ne prouve que l’isotrétinoïne y était pour quelque chose », a-t-il conclu.

« Nous sommes déçus mais pas surpris par le verdict rendu », a déclaré la mère après l’annonce. « Annabel a été abandonnée par l’hôpital d’Harrogate qui lui a prescrit un médicament dont elle n’avait pas besoin, même s’il pouvait provoquer un suicide. Mais nous connaissons la vérité, et les opinions de ceux qui ne l’ont jamais rencontrée, mais qui avaient le pouvoir de la juger, n’y changeront rien. Quelle que soit la conclusion de cette enquête, cela n’allait jamais changer quoi que ce soit pour nous. »