Alexandre Benalla condamné à trois ans de prison, dont un an ferme

Alexandre Benalla condamné à trois ans de prison, dont un an ferme
AFP / T. Coex

« Vous avez été investi d’un certain pouvoir, réel au regard de vos fonctions, supposé du fait de votre proximité avec le président de la République », a déclaré la présidente du tribunal Isabelle Prévost-Desprez en prononçant le jugement.

« Vous avez trahi la confiance qui vous a été faite par cette nomination », a-t-elle poursuivi. Le tribunal a choisi cette peine « au regard de la gravité des multiples faits, des missions que vous exerciez, qui exigeaient de vous rigueur et exemplarité, de votre comportement insupportable au corps social ».

Un sentiment d’impunité

La magistrate a souligné le « sentiment d’impunité et de toute-puissance » du prévenu, qui a été en outre reconnu coupable d’avoir utilisé frauduleusement ses passeports diplomatiques après son licenciement, d’avoir fabriqué un faux document pour obtenir un passeport de service et d’avoir illégalement porté une arme en 2017.

Lors du procès en septembre, l’accusation avait requis 18 mois d’emprisonnement avec sursis à l’encontre d’Alexandre Benalla et des peines de deux à 12 mois avec sursis à l’encontre de ses coprévenus, l’ex-employé d’En Marche ! Vincent Crase et deux policiers.

M. Crase, un ancien gendarme réserviste de 48 ans, a été condamné à deux ans d’emprisonnement avec sursis.

Les policiers Maxence Creusat et Laurent Simonin se sont eux vu infliger respectivement 5.000 euros d’amende et trois mois de prison avec sursis, sans inscription au casier judiciaire, pour avoir transmis des images de vidéosurveillance à Alexandre Benalla.

Rappel des faits

Le chargé de mission avait été identifié par le journal Le Monde le 18 juillet 2018 sur une vidéo où il apparaissait, avec un casque des forces de l’ordre, en train de brutaliser une femme et un homme, place de la Contrescarpe à Paris, à l’issue d’une journée de manifestations du 1er-Mai émaillée de violences.

Membre du cabinet présidentiel, le jeune homme, 26 ans à l’époque, avait été intégré ce jour-là dans le dispositif policier en tant que simple observateur.

L’article avait déclenché un séisme politique, dont les répliques avaient secoué le sommet de l’Etat pendant de longs mois, de révélations de la presse en commissions parlementaires.