Comment la cagoule est train de devenir l’accessoire de l’hiver

Comment la cagoule est train de devenir l’accessoire de l’hiver

Avis aux âmes sensibles ! La nostalgie pour les décennies passées est telle qu’elle pourrait raviver l’enthousiasme pour un accessoire pourtant réprouvé par tous : la cagoule. Après une première percée l’hiver dernier, voilà que l’engouement pour le passe-montagne semble renaître dès les premières baisses de température. Une mauvaise nouvelle pour celles et ceux qui voient ledit accessoire comme l’un des traumatismes vestimentaires les plus marquants de leur enfance.

La cagoule retente sa chance

Lorsqu’il n’opte pas pour un combo capuche-casquette, Kanye West fout sa cagoule, et nous, ça nous fout en rogne. On connaît assez l’influence du rappeur américain, pour savoir qu’il transforme tout ce qu’il porte en tendance mode. Et la cagoule ne devrait pas y échapper. Déjà plébiscitée l’an dernier, bien qu’elle ne se soit pas, reconnaissons-le, imposée comme un accessoire phare de la saison, la cagoule semble retenter sa chance à travers des modèles vintage, ultra fashion, voire futuristes. Une tendance dont les plus de 20-30 ans se seraient bien passés.

Une casquette avec cagoule intégrée

Se couvrir la tête, partiellement ou totalement, semble être en soi une des tendances du moment. La maison Balenciaga, dont le succès auprès de la Gen Z n’est plus à prouver, ne passe pas – ou presque – un défilé sans faire appel à des accessoires en tout genre pour dissimuler ou couvrir le visage de ses mannequins. Et ce n’est pas la seule, loin de là. Même combat pour Givenchy qui, pour la saison automne-hiver 2022, propose une casquette avec cagoule intégrée, une sorte de mix ultra stylé qui ne devrait laisser personne indifférent, quand Richard Queen jongle entre combinaison intégrale en latex et capuche volantée recouvrant là encore une partie importante du visage.

Un traumatisme d’enfance

Ce qui peut paraître encore plus déstabilisant, c’est que le public semble totalement subjugué par cette tendance hivernale, qui devrait (pourtant) au contraire les faire fuir. Mais il ne peut s’agir que des moins de 30 ans, voire des moins de 20 ans, qui n’ont pas vécu le fameux traumatisme de la cagoule dans leur enfance. Car ce sont bel et bien les enfants qui ont grandi dans les années 70 et 80, décennie évoquant l’âge d’or de cet accessoire couvrant, qui ont vécu de plein fouet ce drame vestimentaire. Pratique pour les parents – car emmitouflant le cou et le visage en même temps – la cagoule demeure pour leurs progénitures une source de démangeaisons, donnant l’air d’être gauche, si ce n’est engoncé dans de la maille généralement peu engageante. Bref, peu de chances que les plus de 20 ans aient un jour envie de revivre ce cauchemar éveillé.

Les recherches de cagoules explosent sur Etsy

D’après la plateforme Etsy, les recherches de cagoules ont pourtant bondi de 183 % au cours des trois derniers mois, par rapport à la même période l’an dernier. Et si elle ne s’impose pas encore dans la rue, force est de constater qu’elle fait déjà l’unanimité sur les réseaux sociaux, la nouvelle tendance consistant à s’y afficher en cagoule – ou balaklava pour les anglophones. Les deux termes ont déjà généré pas moins de 3 millions et 280 millions de vues, respectivement, sur TikTok, l’un des plus importants incubateurs de tendances. Et l’hiver n’est même pas commencé…