Une deuxième ligne de tram à Liège? «C’est une nécessité»

Une deuxième ligne de tram à Liège? «C’est une nécessité»

Alors que les travaux en vue de l’arrivée du tram (Sclessin-Coronmeuse) en Cité Ardente s’éternisent aux quatre coins de la ville, un groupement d’associations réclame la création, avant 2023, d’une seconde ligne. Baptisée la « Transurbaine », la ligne 2 relierait Ans à Chênée.

« C’est une nécessité si l’on veut répondre aux défis face auxquels se trouvent notre agglomération et ses 678.000 habitants, en particulier dans une agglomération où la pauvreté et la précarité sont aussi présentes qu’à Liège », indique à nos confrères de 7sur7 l’ASBL urbAgora. Avec une vingtaine d’autres associations, urbAgora a signé un appel à la construction d’une nouvelle ligne de tram. Un projet pour renforcer les transports publics d’autant plus nécessaire, selon les signataires, dans le contexte de l’explosion des prix de l’énergie.

Tirer les leçons

Mais les Liégeois vont-ils accueillir favorablement cette idée, alors que la ville vit au rythme des travaux depuis deux ans et demi, et que les chantiers pour l’extension du tracé (du Standard vers la gare de Seraing, de Coronmeuse vers Herstal) débuteront l’année prochaine ? Rien n’est moins sûr.

« Ce n’est pas parce qu’il y a des difficultés aujourd’hui qu’il faut renoncer à tout projet pour demain », défend urbAgora auprès de 7sur7. « Plutôt que de renoncer à un outil indispensable, il nous faut donc profiter de cette expérience douloureuse afin d’améliorer le déroulement du chantier de la Transurbaine. »

Parmi les signataires de l’appel, on retrouve des associations comme urbAgora, Inter Environnement Wallonie, Navetteurs.be, des antennes locales du Gracq ainsi que des comités de quartier. Celles-ci se rassembleront le dimanche 12 juin pour une marche entre Ans et Chênée afin de porter leurs revendications.