Un nouveau plan de mobilité pour Bruxelles: voici tout ce qui change ce mardi

Un nouveau plan de mobilité pour Bruxelles: voici tout ce qui change ce mardi

Ce schéma adopté par le conseil communal de la Ville vise à faire du Pentagone une « zone apaisée ». Il réduira le trafic de transit dans les zones animées et résidentielles du centre-ville et donnera plus de place aux piétons, aux cyclistes et aux transports publics.

Une opération en 10 ans

Ce plan s’inscrit dans le contexte du plan régional de Mobilité Good Move basé notamment sur une subdivision en « mailles » par quartiers. À elle seule, la Ville de Bruxelles devra en concrétiser huit.

Avec ce nouveau plan de circulation, c’est précisément la contribution de la Ville au maillage du centre de la Bruxelles en zone de circulation apaisée qui se met en place, comme d’autres communes ont commencé à le faire sur certaines parties de leur territoire (e.a Schaerbeek et Anderlecht). À l’échelle de la Région-capitale qui soutient les communes concernées, l’opération de maillage s’étendra sur 10 ans.

Faire sortir les voitures du centre

Dans le Pentagone, le piétonnier sur les boulevards du centre fait un peu figure de colonne vertébrale de la future zone d’ensemble apaisée. Globalement, en dehors de celui-ci, tous les modes de transport resteront possibles, mais le trafic de transit sera rendu très compliqué. Le trafic automobile sera toujours possible si le centre constitue la destination de l’usager. Dans le cas contraire, le trafic motorisé sera systématiquement renvoyé vers la Petite Ceinture selon le principe de boucles de circulations, en recourant au sens unique et à des filtrages (accès réservé aux riverains, commerçants, etc.).

Les cyclistes ne seront pas oubliés : leur circulation du nord au sud du Pentagone sera améliorée via la création d’une rue cyclable entre les rues Van Artevelde et de Laeken.

Un centre accessible et sécurisé

À travers son nouveau schéma de circulation, la Ville de Bruxelles s’est attaquée également la sécurité de douze Zones à Concentrations d’Accidents, pour que le Pentagone devienne beaucoup plus sûr pour les piétons : les carrefours de la Porte de Flandre et de Place de l’Yser ; Pletinckx-Van Artevelde et Dansaert-Van Artevelde ; rue des Cendres-Petite Ceinture et rue du Marais-Petite Ceinture ; rue Royale-rue de la Loi ; rue de la Régence-rue Bodenbroek ; ou encore Stalingrad-boulevard du Midi.

Une série de mesures ont déjà été mises en œuvre au cours des derniers mois dans la perspective de cet apaisement du centre de la ville.

Une série d’autres entreront en vigueur ultérieurement pour rendre celui-ci plus accessible : adaptation du système de téléjalonnement pour les parkings publics en collaboration avec la Région ; nouvelles lignes de tram reliant Rogier à Neder-Over-Heembeek et Belgica à la Gare Centrale ; nouvelle ligne de métro 3, reliant le centre-ville au Nord et au Sud de la Région ; réaménagement du boulevard Adolphe Max, de la rue Sainte-Catherine et des rues autour du nouveau centre administratif Brucity.

Citoyens impliqués

Déjà pierre angulaire de la préparation du projet, le processus de participation se poursuivra après la mise en œuvre du schéma de circulation. La Ville de Bruxelles propose à des citoyens du Pentagone d’enregistrer le trafic qui passe à leur fenêtre, grâce à Telraam, une organisation de Citizen Science. Elle impliquera également les habitants lors de la réflexion concernant l’occupation de l’espace libéré à la suite des différentes interventions : ils pourront dire s’ils souhaitent plus de verdure, une aire de jeux, un espace terrasse, plus d’espace pour se promener ou se reposer, a souligné le collège des bourgmestre et échevins.