Les vélos cargos vont-ils remplacer les camion(nette)s à Bruxelles?

Les vélos cargos vont-ils remplacer les camion(nette)s à Bruxelles?
Ph. DR

Dans un double contexte d’urgence climatique et de changement des habitudes de consommation, l’explosion des livraisons représente un véritable défi. Une solution pour y répondre de manière durable tout en permettant le déploiement de l’économie : investir la cyclo-logistique. Et ça, Urbike l’a bien compris.

Une ville plus durable

Cette coopérative bruxelloise, à finalité sociale et environnementale, transporte les marchandises à bord de vélos cargos électriques spécialement équipés. Objectif : remplacer petit à petit les camionnettes et camions légers qui circulent en ville. « Notre raison d’être, c’est vraiment de contribuer à la transformation de la mobilité urbaine à Bruxelles pour une ville plus durable, plus humaine et plus agréable à vivre », nous explique Renaud Sarrazin, l’un des fondateurs d’Urbike.

Grâce à leur remorque, les vélos cargos électriques d’Urbike peuvent transporter jusqu’à 200kg de marchandises pour un volume de 1 à 2 m3. Ainsi, ils remplacent aisément les véhicules utilitaires pour les livraisons lors des derniers kilomètres.

« On cherche vraiment à améliorer l’efficacité des chaînes logistiques en repensant totalement les modèles de distribution », poursuit Renaud Sarrazin, « pour que chaque kilomètre parcouru soit le plus efficace, et chaque mètre cube disponible dans nos véhicules soit rempli ».

Écolo et compétitif

En matière d’écologie, il n’y a pas photo : un vélo cargo électrique n’émet aucune émission. Mais si l’on compte la fabrication des engins, on monte à 4,5 grammes de CO2 au kilomètre pour le VAE cargo. Tandis que pour une camionnette… c’est 255g de CO2/km !

Toutefois, la durabilité ne fait pas tout. Pour convaincre les entreprises, il s’agit aussi d’être compétitif sur le marché. « Aujourd’hui, on arrive à s’aligner sur des prix hyper intéressants », souligne le fondateur. « Et avec l’augmentation du coût de l’énergie, le déficit de compétitivité que l’on pouvait avoir au début, par rapport à une livraison en camionnette, a presque totalement disparu ».

Selon les calculs d’Urbike, on est aujourd’hui à 0,017€ par km parcouru en vélo électrique, contre 0,4€/km en camionnette. « Par ailleurs, il y a les coûts cachés, les externalités négatives des livraisons par utilitaires : la congestion du trafic automobile, la pollution, la dégradation de la qualité de l’air… Si on les prenait en compte, si on les monétisait, le déficit de compétitivité entre vélo cargo et camionnette s’inverserait complètement. Mais aujourd’hui, même sans tenir compte de ces externalités négatives, on devient extrêmement compétitif. »

Un modèle repris ailleurs ?

Aujourd’hui, Urbike assure 150.000 livraisons par an (un chiffre en hausse) pour quelque 100.000 km parcourus. Ces livraisons Urbike représentent 1 % du flux de marchandises légères de la capitale. La coopérative a pour objectif de grimper à 5 % en 2026, soit 600.000 colis/an (en mobilisant pas moins de 120 travailleurs).

Plus largement, elle a pour ambition que le secteur de la cyclo-logistique atteigne le potentiel identifié pour Bruxelles : à savoir 30 % de marchandises livrées à vélo. De son côté, Urbike entend rester une coopérative à taille humaine, préférant plutôt essaimer son savoir et son expérience pour donner l’impulsion nécessaire au développement de la cyclo-logistique. C’est pourquoi, outre la livraison, Urbike développe trois autres piliers : la consultance, la formation et la vente de matériel. Dans les prochaines années, elle espère ainsi accompagner d’autres villes et entreprises, publiques ou privées, sur le chemin de la cyclo-logistique. Et, pourquoi pas, voir son modèle répliqué ailleurs. Un projet pilote a d’ailleurs déjà commencé à Gand, et des discussions sont en cours avec Leuven.