Le pédibus, plus sain et plus écologique pour emmener les enfants à l’école

AFP
AFP - AFP

Ici, point de pneus, de moteur ou d’essence pour se rendre à l’école mais seulement de bonnes chaussures et de bons poumons. Le pédibus, c’est un système de ramassage scolaire… à pied. Comme un vrai bus, le pédibus a son itinéraire précis, son horaire et ses points d’arrêts.

Concrètement, les enfants rejoignent leur arrêt le matin pour y attendre le passage du pédibus. À chaque arrêt, les enfants « montent » dans le pédibus et marchent en groupe le long d’un trajet déterminé pour rejoindre leur école. Et inversement, à la fin de la journée, le pédibus se rend de l’école aux points d’arrêts.

Plus de sécurité, moins de CO2

Bien entendu, les enfants ne marchent pas seuls : parents, encadrants, enseignants ou bénévoles sont là pour les accompagner. Équipés de chasubles, les élèves marchent en toute sécurité. Un élément non négligeable quand on sait que chaque jour, 12 enfants sont impliqués dans un accident alors qu’ils sont sur le chemin de l’école, comme le rappelle l’Institut de sécurité routière Vias. Tout au long du trajet du pédibus, les points d’arrêts sont sécurisés et pensés de manière à ce que les parents puissent y déposer facilement leur progéniture. Les itinéraires aussi sont sécurisés : priorité aux chemins et petites voies.

À l’heure actuelle, une douzaine d’écoles en Wallonie ont mis sur pied leur pédibus. Avec, pour chacune, leur organisation propre (jours de circulation, nombre de lignes et d’arrêts…) Si cela demande un peu d’organisation et de logistique, les avantages du pédibus sont nombreux. Pour les enfants d’abord : le trajet est autant de temps qu’ils passent avec leurs copains et en s’amusant avant d’entrer (plus éveillés) en classe. Se rendre à l’école à pied, c’est aussi assurer un bon bol d’air et un peu d’activité physique pour les enfants. Cela leur permet, dès le plus jeune âge, d’adopter les bons réflexes en tant que piéton et les solutions de mobilité douce.

Les parents sont quant à eux délestés du trajet vers l’école en optant pour une solution économique et bénéfique pour leur enfant.

Enfin, le pédibus permet forcément d’alléger le trafic local, les embouteillages, et donc la pollution aux abords de l’école. De quoi permettre à nos enfants de respirer un air de qualité là où ils passent la majeure partie de leur temps.

Aussi à vélo

En Belgique, près d’un élève sur deux habite à moins de trois kilomètres de son école, selon une enquête de l’organisation de mobilité Touring. Votre enfant n’est pas dans ce cas ? Ou trois km, cela vous semble tout de même beaucoup à parcourir à pied pour les plus jeunes ? Alors pourquoi pas tester le vélo-bus ! Un concept similaire au pédibus, sauf que la marche est ici remplacée par les deux roues.

Le vélo-bus est un projet porté par Pro-Vélo. L’association propose d’ailleurs un accompagnement à tous ceux qui veulent se lancer dans l’aventure du ramassage scolaire à vélo. En parallèle Pro-Vélo travaille avec les écoles afin de développer des réseaux d’itinéraires conseillés pour les écoliers. Proposer le chemin le plus adapté pour se rendre à l’école à vélo, c’est l’objectif du projet REVe, un projet qui permet par la même occasion de soutenir la mise en place d’un ramassage scolaire à deux roues.