L’augmentation du nombre de radars semble porter ses fruits en Wallonie

L’augmentation du nombre de radars semble porter ses fruits en Wallonie
Belga

L’augmentation du nombre de radars pousse 66 % des Wallons à être plus vigilants au respect des limitations de vitesse sur l’ensemble du réseau routier, ressort-il d’une enquête menée par l’Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR). Les résultats ont été présentés lundi en marge d’un nouveau « marathon de la vitesse » mené par la police dès ce mercredi à partir de 06h00.

Des effets chez les automobilistes

Plus d’un conducteur wallon sur deux (52 %) s’accorde en outre à dire que croiser un radar l’incite à continuer de respecter les limitations de vitesse pendant le reste de son trajet.

L’AWSR précise d’ailleurs que depuis 2019, le nombre de radars sur les routes wallonnes a doublé. Conséquence directe : un automobiliste wallon sur trois estime que la probabilité d’avoir sa vitesse contrôlée est élevée (voire très élevée) dans le sud du pays.

Le plus difficile ? Respecter les zones 30

L’agence wallonne pointe également le fait qu’avec la fin de la crise sanitaire, le nombre d’excès de vitesse enregistrés par la police a augmenté en 2021, après la baisse de 2020. C’est dans les zones 30 que l’augmentation a d’ailleurs été la plus importante. « On y a en effet enregistré plus de deux fois plus d’excès de vitesse qu’en 2020 (de 17.992 en 2020 à 36.255 en 2021) », détaille l’AWSR.

L’enquête de l’AWSR montre que c’est sur ces portions de routes limitées à 30km/h que les Wallons disent avoir le plus de difficultés à respecter les limitations de vitesse (55 %). « Pour expliquer cette difficulté à respecter le 30km/h, un Wallon sur quatre indique se sentir forcé par les autres véhicules à rouler plus vite et un sur cinq évoque le fait que les véhicules ne soient pas conçus pour rouler à une telle vitesse », note l’AWSR, qui rappelle qu’à 50km/h, un piéton court en effet cinq fois plus de risques de décéder en cas d’accident qu’à 30km/h.