L’abonnement télétravail de la SNCB arrive en 2022

L’abonnement télétravail de la SNCB arrive en 2022
Belga / L. Dieffembacq

Généralisé par la contrainte sanitaire en un temps record, le télétravail est en passe de devenir un changement de société durable. Le monde du travail ne reviendra probablement jamais en arrière. D’ailleurs, 80 % des Belges veulent continuer à télétravailler au moins deux jours par semaine. La SNCB s’adapte à ces nouveaux rythmes et s’apprête à lancer une formule d’abonnement de train flexible (« Flex Abonnement ») pour quelques jours par semaine. Objectif : apporter une solution de mobilité durable et attractive qui répond au mieux à l’alternance entre télétravail et présence au bureau.

Un abonnement, plusieurs formules

Comme son nom l’indique, le « flex abonnement » offre un large éventail de possibilités pour les télétravailleurs. Pour effectuer la navette domicile-travail (donc entre deux gares déterminées), les voyageurs peuvent opter pour la formule mensuelle ou annuelle. Ensuite, le Flex Abonnement s’adapte au nombre de jours prestés en présentiel. Au choix : deux ou trois jours par semaine. Ce qui correspond soit à 80 ou 120 jours sur un an, soit 6 ou 10 jours par mois.

Côté pratique, l’abonnement sera digital et disponible via l’application SNCB. Chaque fois que le voyageur prendra le train, il sélectionnera en amont le jour (au choix) qui sera ensuite scanné par l’accompagnateur via un QR code.

Lancement en deux étapes

Ce Flex Abonnement est en phase de test depuis le mois de juin 2021. « Près de 2.600 utilisateurs pilotes dans sept entreprises publiques et privées utilisent et évaluent cette formule », nous indique la SNCB. « La plupart avec un abonnement annuel, dont 65 % avec une formule 120 jours, et 35 % avec 80 jours. L’objectif est de tenir compte de leurs remarques pour améliorer encore l’expérience future de nos abonnés. »

Après un bilan « très positif » du projet pilote, le Flex Abonnement sera déployé dans l’année : dans un premier temps pour les entreprises (B2B, au 2e trimestre), avant d’être étendu aux particuliers à l’automne.

Entre-temps, les dernières contraintes techniques devraient être réglées. En effet, cette nouvelle formule digitale doit pouvoir être liée aux cartes d’abonnement des sociétés de transport régionales ainsi qu’aux abonnements de stationnement en gares.

Attirer de nouveaux clients

Reste la question essentielle du tarif. Moins cher que l’abonnement standard, évidement, sans toutefois être proportionnel. Pour un abonnement Flex de 120 jours, il vous en coûtera 82 % du prix de l’abonnement annuel classique. Avec l’abonnement Flex de 80 jours, 62 % de ce prix.

La SNCB estime qu’à terme, entre 60 % et 65 % de ses abonnés pourraient passer à 2 à 3 jours de télétravail par semaine, et donc potentiellement opter pour cette formule. En outre, cette nouvelle offre pourrait convaincre de nouveaux travailleurs d’emprunter les transports en commun, et elle s’intégrerait facilement dans les nouveaux budgets mobilité. Deux raisons qui avaient poussé le ministre de tutelle Georges Gilkinet (Ecolo) à plaider pour que cette offre flexible voie le jour le plus rapidement possible.

Si ce Flex Abonnement vient compléter l’offre de la SNCB, toutes les autres formules (tickets, multi et abonnements) seront toujours disponibles bien entendu.