La SNCB s’adapte aux nouvelles habitudes mobilité: voici les changements qui attendent les voyageurs

Belga / K. Desplenter
Belga / K. Desplenter - Belga / K. Desplenter

La SNCB s’emploie, chaque jour, à déployer une offre maximale tout en améliorant continuellement ses services pour les voyageurs. « Nos objectifs sont clairs », nous dit-on à la SNCB. « Augmenter l’offre, améliorer la ponctualité, moderniser nos trains et assurer l’accessibilité et la sécurité (y compris sanitaire) de nos gares, digitaliser nos services et développer l’intermodalité. »

Des formules innovantes

Cette année, les navetteurs découvriront plusieurs nouveautés, notamment en matière de tarifs et d’abonnements. Pour les télétravailleurs, la SNCB lance une version test du « Flex Abonnement » : un titre de transport flexible qui tient compte du nombre de jours de travail en présentiel ( voir ci-dessous).

Autre nouveauté : un mode d’achat basé sur la géolocalisation. Actuellement en phase de test, il s’agit d’un titre de transport qui s’adapte en temps réel au parcours du voyageur. En pratique, le voyageur peut, via une application, s’enregistrer (faire son check-in) à l’approche de la gare et effectuer son check-out dès qu’il a atteint sa destination. Grâce aux données GPS, le trajet est détecté du début à la fin, et le voyageur reçoit automatiquement un décompte final à la fin de son voyage (payé via l’application). Cette technologie, développée par l’entreprise Fairtiq, assure au voyageur un véritable gain de temps. Elle lui garantit aussi d’obtenir son ticket au meilleur prix, selon son trajet et son profil. Les canaux de vente classiques resteront bien entendu d’application.

Nouvelles gares

Covid ou pas, la SNCB continue d’investir, notamment dans l’infrastructure. Plusieurs gares seront modernisées. Pour certaines, il s’agira d’une rénovation complète, à l’instar de la gare d’Ottignies. La société ferroviaire a en effet investi 83,3 millions € pour en faire un pôle multimodal, fonctionnel et accessible à tous les voyageurs.

Pour d’autres, des travaux de modernisation seront entrepris, notamment pour rehausser et rééquiper les quais. À Charleroi-Sud, par exemple, la construction d’un tout nouveau couloir sous voies est en cours, ainsi que des travaux d’aménagement de ses accès, comprenant entre autres l’installation d’ascenseurs pour accéder à chaque quai. De nouveaux guichets seront également installés, et les abris seront modernisés. Ces travaux devraient être terminés fin 2024.

Ces deux exemples illustrent la volonté de la société de transport ferroviaire de poursuivre ses efforts en matière d’accessibilité. « D’ici 2025, le nombre de gares intégralement accessibles aux personnes à mobilité réduite sera doublé, passant de 78 actuellement à 150 », nous précise Elisa Roux, porte-parole de la SNCB.

Des efforts pour une mobilité multimodale

Au chapitre de la multimodalité, chère à la SNCB comme à tous les opérateurs de transports publics, les développements se poursuivent. Objectif : faire des gares de « véritables hubs intermodaux interconnectés à tous les modes de transports durables, au service du client et ancrées dans le tissu local », souligne Elisa Roux. Et par là, encourager les citoyens à abandonner la voiture pour le train et autres solutions de mobilité durable.

Aujourd’hui, un navetteur sur cinq laisse son vélo dans le parking vélos de la gare, quand d’autres voyageurs emportent gratuitement leur vélo pliable dans le train. Afin d’encore plus développer cette combinaison vélo-train, la SNCB prévoit des parkings à vélos supplémentaires, couverts et sécurisés, ainsi que davantage de vélos partagés dans les gares. Le nombre total de places vélos disponibles dans les gares augmentera au cours des prochaines années, pour atteindre au moins 150.000 emplacements (contre 108.000 aujourd’hui).

Côté matériel roulant, de nouvelles voitures M7 seront mises en service d’ici la fin de l’année 2021. Avec ces nouveaux trains à double étage, le nombre total de places pour vélos dans la flotte de la SNCB augmentera de 50 % et passera à 6.700 d’ici 2025 (contre 4.450 aujourd’hui).

Enfin, pour favoriser cette multimodalité, les quatre opérateurs ont récemment lancé les produits BRUPASS et BRUPASS XL : soit un seul et même titre de transport à tarif unique pour voyager indifféremment avec le train, le bus, le tram et le métro dans la zone de Bruxelles-Capitale.

Un abonnement flexible, quatre formules

Avec le « Flex Abonnement » de la SNCB, les voyageurs pourront choisir parmi quatre formules, leur permettant d’effectuer la navette domicile-travail soit 80 ou 120 jours au choix sur une période de 12 mois, soit six ou dix jours par mois. Les navetteurs pourront décider des jours où ils voyageront pendant toute la durée de leur abonnement et ce, entre deux gares déterminées.

L’abonnement sera disponible via l’application SNCB : chaque fois que le voyageur prendra le train, il sélectionnera en amont le jour qui sera ensuite scanné par l’accompagnateur de train via un QR code.

Après évaluation du projet-pilote fin 2021, ce nouvel abonnement devrait ensuite être déployé au début de l’année 2022 tant pour les particuliers que pour les entreprises et institutions de tous les secteurs, publics et privés.