Internet dans les trains: la SNCB continue de miser sur la 4G

Internet dans les trains: la SNCB continue de miser sur la 4G
Belga / L. Dieffembacq

Vous l’avez sans doute déjà remarqué, contrairement à ce qui se fait dans de nombreux autres pays, la SNCB ne propose pas de connexion Wi-Fi dans ses trains. Le projet a bel et bien déjà été à l’étude mais finalement, il a été abandonné pour une raison de coût. « Actuellement, nous ne pouvons pas offrir à nos voyageurs de connexion wifi dans les trains car le coût que cette opération représente est trop élevé », admet la SNCB sur son site Internet. En effet, selon les estimations, il fallait compter entre 150.000 et 300.000 € pour équiper un seul train d’une technologie permettant aux voyageurs de surfer sur le réseau Wi-Fi durant leur déplacement.

Pour avoir accès à Internet, les utilisateurs sont donc contraints de se rabattre sur leur connexion 4G. Néanmoins, vous avez probablement déjà pu en faire l’expérience en passant un coup de fil ou en utilisant votre smartphone lors d’un voyage en train : il existe encore et toujours des « zones blanches » qui ne permettent pas de capter du réseau lorsqu’on les traverse. C’est notamment le cas pendant quelques minutes entre Ottignies et Bruxelles, une ligne pourtant fréquentée par de nombreux voyageurs.

La faute au réseau ou aux trains ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la faute ne vient pas spécialement de la couverture réseau des différents opérateurs en Belgique. Le type de train dans lequel vous circulez a également une influence. Vous pensez par exemple que le fait d’être installé à l’étage supérieur d’un train à double étage vous permettra de mieux capter le réseau ? Il n’en est rien. En effet, les trains à deux étages ainsi que les modèles plus anciens permettent moins bien de capter le réseau.

De plus, il faut savoir que les trains partent avec un fameux handicap. Construit avec de nombreuses pièces métalliques, un wagon de train fonctionne comme une sorte de « cage de Faraday ». Il s’agit d’une structure métallique étanche aux champs électriques ou électromagnétiques. Résultat : cela empêche les ondes de télécommunication de passer correctement. Ce phénomène est d’ailleurs amplifié par le fait que les vitres des trains contiennent également une fine couche métallique. Il existe néanmoins une solution. En 2016, des chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en Suisse ont réussi à mettre au point un nouveau type de vitrage, tout aussi résistant, garantissant une bonne isolation thermique tout en étant davantage perméable aux ondes téléphoniques.

Des nouvelles vitres plus fines

Tout le monde s’accorde pour dire que la connectivité pourrait et devrait être améliorée dans les trains. « Le confort des voyageurs est repris comme élément essentiel de l’expérience client. La possibilité d’utiliser ordinateurs, tablettes et smartphones doit être améliorée dans les gares et en train. Il est donc important que le matériel roulant n’entrave pas la connectivité », a récemment indiqué à nos confrères de La Libre le ministre fédéral de la Mobilité, Georges Gilkinet (Écolo).

Bonne nouvelle : la réception du réseau 3G/4G à l’intérieur des trains devrait s’améliorer dans les prochains mois. En effet, la SNCB a confirmé que les nouvelles rames qui seront mises en circulation à partir de la fin 2022 seront équipées d’un nouveau type de vitrage, plus fin, qui laisse mieux passer les ondes. « Cette technique prévoit une découpe laser d’une partie de la couche métallique sur les vitres », a détaillé la SNCB à La Libre. Les voitures à double étage M6 et les nouvelles voitures M7 sont concernées par cette amélioration.

À défaut de Wi-Fi, dès 2023, la connexion 4G à l’intérieur de certains trains devrait donc s’améliorer. Néanmoins, ces nouvelles voitures circuleront essentiellement sur les grandes lignes. Sur de nombreux trajets, il n’y aura pas donc d’amélioration à court terme.

Du Wi-Fi dans les gares

On a parfois tendance à l’oublier mais depuis 2018, les 27 gares les plus fréquentées de Belgique proposent gratuitement une connexion Wi-Fi. C’est le cas des principales gares bruxelloises ainsi que Liège-Guillemins, Namur, Ottignies, Gembloux ou encore Tournai.

Le Wi-Fi est disponible à l’intérieur de la gare mais aussi sur les quais. Vous retrouvez le réseau sous le nom FreeWifi-NmbsSncb. Pour y accéder, il suffit de créer un compte MySNCB (via l’application ou le site web) et d’ensuite vous de vous loguer et de vous connecter.