En France, un radar sonore flashe les véhicules trop bruyants. Bientôt en Belgique?

En France, un radar sonore flashe les véhicules trop bruyants. Bientôt en Belgique?
Ph. Unsplash

La France commence à expérimenter, en première mondiale, ses premiers radars anti-bruit afin de lutter contre la pollution sonore.

Les motos essentiellement visées

Le tout premier radar sonore à destination des deux-roues les plus bruyants a officiellement été inauguré ce mardi 4 janvier à Saint-Lambert-des-bois dans les Yvelines. L’idée est d’identifier les propriétaires de machines dépassant un certain seuil de tolérance, notamment à cause de pots d’échappement trafiqués. Si les premiers visés sont tous ceux qui ont trafiqué leur moto, certaines voitures trop bruyantes pourraient également être dans le collimateur des autorités.

Jusqu’à 135 € d’amende

Pour enregistrer ces nuisances sonores, un radar spécial a donc été mis au point, équipé d’une caméra filmant à 360 degrés et de quatre microphones. C’est Bruitparif qui est à l’origine de ce radar « méduse », lequel peut en théorie identifier les véhicules au niveau sonore trop important, y compris la nuit, en relevant leur plaque d’immatriculation. Ces radars seront installés de préférence dans des zones urbaines où la vitesse est limitée à 50 km/h.

Dans l’immédiat, il est question de prévention et pas encore de verbalisation. Il faudra d’ailleurs, à terme, fixer un seuil maximum de décibels autorisés. Selon Le Parisien, l’amende pourrait se montant à 135 € pour tout contrevenant.

Bientôt en Belgique ?

Après la France, la Belgique ? Dès 2019, l’institut Vias a plaidé pour l’installation de radars sonores dans notre plat pays. « C’est un sujet tabou auprès de certains motards qui estiment que le bruit les protège des automobilistes, dit-il aujourd’hui. Mais si tout le monde fait trop de bruit, ça devient insupportable. Je suis souvent interpellé sur le sujet. », a-t-il estimé dans les colonnes de l’Avenir.

En attendant, la Belgique va surveiller de près l’expérience actuellement menée en France. Céline Tellier, la ministre wallonne de l’Environnement et Valérie De Bue, en charge de la Sécurité routière et du Tourisme auraient déjà pris des informations sur le radar Bruitparif, actuellement en France.