Ce train du futur fonctionne sans carburant ni électricité (mais il reste mauvais pour l’environnement)

Ce train du futur fonctionne sans carburant ni électricité (mais il reste mauvais pour l’environnement)
Xinhua/Hu Chenhuan

Depuis quelques jours, la Chine teste ce qui pourrait être le train du futur. « Red Rail » est un train suspendu. Il fonctionne sans électricité, ni carburant. En effet, s’il donne l’impression de « flotter » sous un rail bleu, c’est parce qu’il est soulevé par un système d’aimants super-puissants. C’est d’ailleurs la force de ces aimants qui permet au train d’avancer le long du rail.

Des aimants super-puissants

Si cette solution de mobilité peut sembler bénéfique pour l’environnement, ce n’est en réalité par tout à fait le cas. En effet, les aimants super-puissants qui permettent à ce train à sustentation magnétique d’avancer nécessitent des minerais rares et spécifiques. C’est ce qu’on appelle les aimants permanents ou aimants faisant appel aux terres rares.

Leur minage, leur extraction et leur transformation nécessitent beaucoup de ressources et sont très polluants. De plus, le minerai émettrait « de légères radiations électromagnétiques », selon des chercheurs. Ce champ électromagnétique est suffisamment puissant pour perturber l’environnement autour du rail…

Le métro du futur ?

Pour l’instant, le Red Rail est encore en phase de test. Il « flotte » sur une petite portion de 800 mètres. Actuellement, la technologie permet de déplacer 88 personnes à une vitesse de 80 km. D’ici quelques années, ce train pourrait être une alternative au métro. Il est plus rapide et le rail aérien ne nécessite pas de creuser des stations, des tunnels et des lignes souterraines.