Une jeune femme demande une photo avec Téo Lavabo et cela tourne au cauchemar: «Faites attention à vous» (vidéo)

Une jeune femme demande une photo avec Téo Lavabo et cela tourne au cauchemar: «Faites attention à vous» (vidéo)
Ph. Facebook

Ce samedi 2 juillet la marche des fiertés a eu lieu à Mans. Un grand rassemblement important pour garder une visibilité positive de la communauté homosexuelle qui est aussi synonyme de fête pour tous les participants.

Néanmoins cette marche a viré au cauchemar pour une jeune femme qui s’y était rendue. En effet, elle a demandé de se faire prendre en photo avec le chanteur Téo Lavabo, qui a notamment interprété son titre « Chipolata » lors de cette journée.

Seulement voilà, l’artiste s’est permis de glisser son doigt le long du torse de la jeune femme tout en baissant fortement le haut qu’elle portait… Son comportement a été immortalisé non pas par une photo mais bien une vidéo qui a ensuite circulé sur les réseaux sociaux.

« Faites attention à vous »

La jeune femme a donc partagé cette vidéo la commentant : « Soyez vigilant et fait attention à vous. J’ai voulu prendre une photo avec Téo Lavabo et son comportement envers moi était très bizarre. Je n’ai pas su comment réagir mais je pense que la meilleure chose à faire est d’en parler ».

La vidéo à bien entendu scandalisé la toile. Le chanteur Bilal Hassani a répondu, avant de supprimer son message : « Ughhhhhhh les hommes gays vous n’avez pas de passe-droit ».

« Je suis choqué moi-même »

Téo Lavabo a donc réagi à la polémique en présentant ses excuses sur Twitter. Il s’est dit lui-même choqué de son comportement. « Je comprends tout à fait ta réaction et ton malaise très légitime. Quand on me demande des selfies, j’en fais très souvent des tonnes pour amuser la galerie en faisant des trucs débiles, mais là pour le coup j’ai dépassé la limite, c’était irrespectueux je le vois bien ! ».

L’ami de Jeremstar à ensuite ajouté : « Je ne veux pas du tout banaliser ce genre de comportements. Je prône tous les jours la liberté de chacun, mais cette fois-ci j’ai nui à ta liberté et à ta pudeur. Je te présente mes excuses sans m’attendre à ce que tu les acceptes. J’aurais mérité une bonne claque, on ne va pas se mentir… »