Une équipe russe s’envole dans l’espace pour tourner le tout premier film en orbite

Russian Space Agency Roscosmos / AFP
Russian Space Agency Roscosmos / AFP - Russian Space Agency Roscosmos / AFP

L’engin Soyouz transportant l’actrice Ioulia Peressild, 37 ans, et le réalisateur Klim Chipenko, 38 ans, ainsi que le cosmonaute chevronné Anton Chkaplerov, a décollé à 10H55 depuis le cosmodrome russe de Baïkonour, au Kazakhstan.

Selon le plan de vol, l’engin transportant l’équipage doit s’arrimer à la Station spatiale internationale (ISS) lundi à 14H12. Le réalisateur et l’actrice auront 12 jours pour y tourner un film provisoirement intitulé « Le défi », qui mettra en scène une chirurgienne ayant pour mission de sauver un cosmonaute. Ils reviendront sur Terre le 17 octobre prochain.

« C’est un grand plaisir. Pour moi, l’espace est attirant, illimité », a déclaré avant le décollage Ioulia Peressild, selon une vidéo diffusée mardi par la chaîne de télévision de l’agence spatiale russe (Roscosmos).

Ruée vers l’espace

La mission intervient aussi en pleine ruée vers l’espace, avec la multiplication ces derniers mois des vols de loisir, comme ceux des milliardaires britannique Richard Branson et américain Jeff Bezos.

Signe de l’importance du projet pour Moscou, les producteurs du film « Le défi » sont des poids lourds : Dmitri Rogozine, directeur de Roscosmos et ancien vice-Premier ministre, et Konstantin Ernst, puissant patron de la chaîne télévisée Pervyi Kanal.

En avril, lors du 60e anniversaire du vol de Gagarine, le président russe Vladimir Poutine avait proclamé que la Russie avait toujours l’ambition de rester une grande puissance spatiale. Le pays va notamment réintégrer le business du tourisme spatial et doit conduire un milliardaire japonais vers l’ISS.

Parmi les autres ambitions de Roscosmos figurent une station spatiale strictement russe et une station russo-chinoise en orbite, même sur la Lune, Moscou ayant décidé de claquer la porte d’un projet lunaire de Washington jugé trop américano-centré.