Selon les scientifiques, Bruce Lee serait mort d’avoir… bu trop d’eau

Selon les scientifiques, Bruce Lee serait mort d’avoir… bu trop d’eau

En 1973, l’icône des arts martiaux Bruce Lee s’éteignait à Hong Kong, à l’âge de 32 ans. Alors que son décès avait été attribué à un œdème cérébral, une nouvelle étude révèle la véritable cause de sa mort 50 ans plus tard.

Bruce Lee serait en réalité décédé des suites d’un dysfonctionnement rénal, indique la recherche qui paraîtra dans l’édition de décembre 2022 du Clinical Kidney Journal.

Un excès d’eau

Selon l’étude, Bruce Lee serait mort d’une « incapacité de ses reins à éliminer l’excès d’eau ».

D’après les médecins espagnols qui se sont penchés sur son cas, l’acteur présentait de « multiples facteurs de risque d’hyponatrémie » [une anomalie qui se caractérise par un excès d’eau couplé à un taux de sodium trop faible dans le sang]. Les spécialistes évoquent sa consommation d’alcool, de marijuana (qui augmente la soif), de médicaments sur ordonnance mais aussi ses antécédents de blessures aux reins.

D’après leur hypothèse, « Bruce Lee est mort d’une forme spécifique de dysfonctionnement rénal : l’incapacité à éliminer suffisamment d’eau pour maintenir l’homéostasie hydrique », indique le rapport. « Cela peut conduire à une hyponatrémie, à un œdème cérébral et à la mort en quelques heures si l’apport excessif d’eau n’est pas compensé par l’évacuation d’eau dans l’urine. »

Dans le cas de l’acteur sino-américain, même si sa consommation d’eau ne semblait pas excessive pour une personne en bonne santé, l’état de ses reins ne lui permettait plus de gérer une telle quantité de liquide.

Retrouve toute l’actu sur metrotime.be