Pierre Ménès s’en prend à Marie Portolano: «j’ai des reproches à lui faire»

AFP / F. Fife
AFP / F. Fife

Poussé vers la porte chez Canal + après avoir été accusé de sexisme par Marie Portolano dans son reportage « Je ne suis pas une salope », Pierre Ménès n’est toujours pas passé à autre chose. Dans l’émission « Les Incorrectibles » diffusée sur YouTube, l’ancien chroniqueur s’en est pris à celle qui présente désormais le « Meilleur Pâtissier ». « En France, la présomption d’innocence n’existe pas. Marie Portolano a dit que j’avais soulevé sa jupe, j’ai dit que je ne m’en souvenais pas parce que, ce jour-là, j’étais trop malade. C’était la dernière émission avant que je disparaisse de l’antenne pendant sept mois à cause de mes greffes. Je ne me souviens de rien », a-t-il déploré. Ses trous de mémoire proviendraient d’encéphalopathies que Pierre Menès faisait à l’époque. Des encéphalopathies qui causaient des pertes de mémoire.

« J’aimerais vraiment un jour reparler à Marie de ça », poursuit-il. « Elle a des reproches à me faire, certainement. Moi aussi j’ai des reproches à lui faire. J’ai toujours été un soutien pour elle et je regrette qu’elle m’ait balancé cette histoire de jupe cinq ans après, en pleine interview, sans même m’avoir prévenu avant. Quand on regarde son documentaire, la seule personne à être citée, c’est moi. Le seul qui a payé, c’est moi », déplore-t-il.

L’ancienne figure du « Canal Football Club » conclura son intervention en clamant une nouvelle fois qu’il n’était pas « dans son état normal ». « Si j’ai soulevé la jupe de Marie, évidemment que je le regrette. Mais ça ne me ressemble pas, je n’ai pas souvenir de l’avoir fait dans ma vie, même pas celle de Mélissa (sa compagne,). Si je l’ai fait, c’est que je n’étais pas dans mon état normal. Je regrette juste qu’on ne prenne pas ça en compte ».